•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À échelle humaine

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Chronique art urbain : le hip-hop et la transmission du savoir

L'artiste Mique Michelle se repose devant l'une de ses oeuvres, dans la communauté de Mishkeegogamang.

L'artiste Mique Michelle se repose devant l'une de ses oeuvres, dans la communauté de Mishkeegogamang.

Photo : Gerrit Wesselink

Selon Mique Michelle, grâce à la pandémie de la COVID-19, un nouvel ajout a pu s'insérer à ce qu'on appelle les quatre éléments du hip-hop : celui du savoir.

En prenant une pause en pleine création d’une murale au Living Space à Timmins, la graffiteuse explique que la distanciation sociale a permis à cette communauté de se rapprocher virtuellement.

Tous ses gens-là qui ont pu avoir des panels de discussion seraient super occupés d’habitude à faire leurs propres festivals. Mais puisqu’ils ont tous été annulés, on a rassemblé des gens qui ont des postes semblables mais dans leur coin du monde, explique-t-elle.

La réalité de faire une murale ou des festivals de hip-hop à Ottawa versus Sudbury... ce n’est pas du tout les mêmes enjeux. On a pu se partager beaucoup de solutions.

Par exemple, lors d’une conférence virtuelle avec l’organisme House of PainT d’Ottawa, l’artiste graffiti originaire de Field a voulu traiter d’appropriation culturelle.

Je trouve qu’il y a beaucoup de gens blancs qui ont peur d’avoir cette conversation-là, d’être inconfortable. Mais il faut!, lance-t-elle.

Quand on voit des gens s’habiller en [en gens d'autres origines] pour l’Halloween, ça c’est de la discrimination, c’est se moquer de quelqu’un; de faire comme si on a le droit d’utiliser quelque chose comme costume.

Mique Michelle fait aussi le point sur quelques nouvelles murales en Ontario et sur ses projets à venir. Elle sera notamment à Sudbury la semaine prochaine pour ajouter de la couleur aux murs de certains bureaux de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi