•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les tambours du Burundi, symbole de pouvoir et de fierté nationale

À échelle humaine

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Les tambours du Burundi, symbole de pouvoir et de fierté nationale

Des tambourinaires chantant avec leurs tambours sur la tête.

Emmanuel Nkurunziza lors d'une des prestations de son groupe

Photo : Collection privée d'Emmanuel Nkurunziza

Au Burundi, pays d'Afrique centrale, les tambours font partie du patrimoine national. Selon la légende, « le premier rythme de tambour burundais aurait été joué par un serpent sur une peau sechée de taureau que le premier souverain du royaume du Burundi aurait reçu de l'époux de sa tante », raconte Emmanuel Nkurunziza, tambourinaire burundais résidant à Toronto.

Ingoma - qui signifie tambour en langue burundaise, le kirundi - signifie aussi royaume. Si vous voulez dire "royaume du Burundi", vous direz "Ingoma y'Uburundi", en kirundi. C’est exactement la même chose, explique M. Nkurunziza. Celui-ci a appris à jouer du tambour à l’école secondaire comme plusieurs autres tambourinaires de son pays d’origine.

5 tambourinaires avec leurs tambours sur la tête entourés de quelques spectateurs.

Le groupe Ikiyago Legacy de la Belgique lors d'un spectacle à Bruxelles

Photo : Facebook (capture d'écran) Les Tambours Du Burundi - Ikiyago Legacy / Ikiyago Legacy

Le métier de tambourinaire, comme à l'époque traditionnelle, peut se transmettre aussi de père en fils. Les femmes n’y sont pas autorisées à jouer du tambour. La raison de cet interdit est à trouver dans la tradition, selon M. Nkurunziza. Traditionnellement le tambour objet est considéré dans une certaine mesure comme une représentation du corps d’une femme et on considère que la femme ne peut pas jouer de son propre corps.

Les spectacles de tambourinaires burundais mêlent danses, chants et cris. Qu’ils soient amateurs ou professionnels, les chants des groupes de tambourinaires louent et rappellent l’histoire du Burundi ainsi que la bravoure des souverains du royaume du Burundi, dit M. Nkurunziza.

7 tambourinaires du groupe Ikiyago Legacy accroupis chacun devant un tambour.

Toute exhibition d'une troupe de tambourinaires en dehors de cérémonies officielles requiert l'autorisation du Ministre de la culture du Burundi ou de l'ambassade de ce pays, Selon le décret règlementant l'exploitation des tambours du Burundi,

Photo : Facebook (capture d'écran) Les Tambours Du Burundi - Ikiyago Legacy / Ikiyago Legacy

Les tambourinaires du Burundi ont la particularité de jouer parfois des tambours qu’ils portent sur la tête en dépit du poids de cet instrument. Pour M. Nkurunziza, cela n’est pas donné à tout le monde.

Au Japon en 1994, à la fin d’un de nos spectacles, un spectateur m’a demandé combien pesait mon tambour. Je lui ai dit : "47 kilos". Il a demandé à ce qu’on l’aide à porter le tambour sur la tête, ce qui fut fait. Mais, il n’a pas pu faire un seul pas. Et là je me suis dit : ah voilà quelque chose que nous maîtrisons et qui n’est pas donné à tout le monde.

Emmanuel Nkurunziza regardant la camera.

Le Torontois Emmanuel Nkurunziza

Photo : Collection privée d'Emmanuel Nkurunziza

Pour protéger les tambours du Burundi - classés aux patrimoines immatériels de l’UNESCO - le gouvernement de ce pays réglemente depuis 2017 leur exploitation au niveau national et international.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi