Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Frederic Tremblay

Humeurs de Rosalie


  • Rosalie devant une carte du Canada.

    Les humeurs de Rosalie sur l’insécurité linguistique

    J'ai écouté le documentaire Denise au pays des Francos, dans lequel Denise Bombardier a rencontré les communautés francophones hors Québec. L'an dernier, elle avait affirmé à Tout le monde en parle, que ces communautés étaient quasi inexistantes.

  • Rosalie devant un décor futuriste.

    Les humeurs de Rosalie et ses prédictions pour 2050

    La semaine passée, lors de la marche mondiale pour le climat, plusieurs jeunes ont été interrogés par les médias sur leur participation à la manifestation. C'est un peu toujours le même discours qu'on entendait : je marche pour mon avenir, je rêve d'un futur meilleur, je marche pour que ça change. C'est une journée de mobilisation historique et je suis certaine qu'on en parlera encore dans plusieurs années. Que seront devenus ces jeunes? Les racines de leurs idées auront-elles germé? Auront-elles grandi, trouvé écho, tombé aux oubliettes, seront-elles absurdes ou visionnaires?

  • Rosalie Dumais-Beaulieu devant un paresseux.

    Les humeurs de Rosalie sur l’éloge de la lenteur

    La rentrée scolaire est derrière nous et pour la plupart le retour au travail est déjà fait. Habituellement, le mois de septembre est le mois idéal pour se lancer de nouveaux défis pour la prochaine année. À mesure que les jours défilent, les pages d'agenda tournent de plus en plus vite. Sur chaque page, de plus en plus de gribouillis. Les listes se multiplient et se colorient à mesure que les journées raccourcissent. Cette course à la to-do m'épuise. Je commence à peine à le réaliser et j'ai choisi de ralentir avant de trop m'essouffler.

  • Rosalie devant des paniers de fruits et légumes.

    Les humeurs de Rosalie sur son fameux bouilli de légumes

    Cette semaine, je me suis fait un bouilli de légumes. Pendant qu'il se laissait désirer dans l'eau chaude, j'ai eu une pensée pour mes légumes, poussés, élevés, récoltés, et finalement cuisinés au Québec. Je les trouvais beaux mes légumes dans le fond de la casserole, à se laisser bercer par les bulles pendant des heures et des heures. Et je savais qu'ils allaient être bons mes légumes, c'était sûr et certain.

  • Rosalie pensive devant une photo d'un parent tenant la main de sa fille.

    Les humeurs de Rosalie... parent un jour, parent toujours!

    Il m'est arrivé toutes sortes de péripéties dans les dernières semaines. Les péripéties des premières fois. Ma laveuse s'est brisée. Je n'ai jamais acheté d'électroménagers par moi-même. Je ne sais même pas combien ça vaut, une laveuse. Je ne sais même pas comment débrancher ça, une laveuse. Je n'ai jamais pratiqué mes talents de négociatrice avec les vendeurs. Je suis la cliente ignorante de qui on se moquera certainement dans tous les partys de bureau de vendeurs d'électroménagers.

  • Greta Thunberg et Rosalie Dumais-Beaulieu

    Les humeurs de Rosalie sur l'aventure controversée de Greta Thunberg

    Greta Thunberg, jeune militante environnementaliste de 16 ans, a voyagé en bateau de l'Angleterre jusqu'à New York pour se rendre au sommet mondial de l'ONU. Elle est à l'origine d'un mouvement mondial de grève de l'école en faveur du climat. Elle a voyagé sur bateau zéro émission. Arrivée la semaine passée, elle a survécu à sa traversée de l'Atlantique. Le terme « survivre » est drôlement bien utilisé dans ce cas-ci. Les pluies de critiques ont été diluviennes et les méchancetés ont tonné. Son aventure a fait beaucoup plus de vagues qu'elle ne l'aurait souhaité. Tout ça parce qu'elle a l'ambition de changer le monde.

  • Rosalie devant une pile de journaux.

    Les humeurs de Rosalie sur la dérive des médias

    C'est une idée folle de vouloir être journaliste. C'est une idée qui frôle l'insouciance. Et pourtant, je savais que je voulais être journaliste déjà à 12 ans. Quand j'y repense, je me dis que j'avais du front, parce que je voulais être journaliste alors qu'on me répétait que je n'aurais jamais de job. Que je devrais m'habituer à un mode de vie instable et vagabond. Que le milieu serait difficile parce que j'allais devoir pousser les autres dans les mêlées de presse, que ça ne va pas vraiment avec mon tempérament calme et discret.

  • Rosalie Dumais-Beaulieu devant des mains liées

    Les humeurs de Rosalie et l’art de mettre son temps au service des autres

    J'aime beaucoup raconter des histoires avec mes chroniques. Mais cette semaine, je me suis plutôt laissée emporter par les histoires. Ce n'était pas prévu, mais j'ai tellement vu une immense vague d'amour, de compassion et de bonté que je n'ai pas eu le choix de surfer dessus.

  • Rosalie Dumais-Beaulieu devant un écran d'ordinateur

    Les humeurs de Rosalie qui tente de vivre sans technologie

    La fin de ma session à l'université approche à grands pas, j'ai donc beaucoup de travaux de recherche à faire. Grâce aux merveilles de la technologie, je peux chercher tous les documents dont j'ai besoin dans le confort de mon lit. À vrai dire, je n'ai jamais mis les pieds dans les allées de la bibliothèque de mon université.

  • Deux mains tiennent un coeur en peluche avec un pansement et un stéthoscope.

    Les humeurs de Rosalie sur la santé et la générosité

    J'ai passé la semaine dans mon lit, entourée d'une montagne de kleenex, en étant presque une junkie des Tylenols et du sirop pour la toux. Je commence à peine à être capable d'enligner trois phrases sans me tousser un poumon. Pendant cette semaine-là, j'ai été une vraie plaie pour mon entourage. Tout le temps en train de me plaindre que j'ai mal à la gorge, que je suis fatiguée, que j'ai le nez irrité parce que je me suis trop mouchée. Puis en défilant mes réseaux sociaux, j'ai vu une page de sociofinancement pour quelqu'un qui venait de subir un grave accident.

Chargement en cours