•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être l'auteure des autres : le métier de Mélanie Noël et Amélie Larocque

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Être l'auteure des autres : le métier de Mélanie Noël et Amélie Larocque

Audio fil du mercredi 14 novembre 2018

Photo : Renée Dumais-Beaudoin

Écrire les mots des interprètes en chanson est un métier dont on connaît bien peu de choses. Deux filles de l'Estrie offrent leurs paroles à des chanteurs. Mélanie Noël et Amélie Larocque (AMÉ) nous dévoilent les dessous de ce métier peu connu.

Sur le plus récent album de Fred Pellerin, on peut entendre une chanson écrite par Mélanie Noël. Il y a, ce sont les mots de celle qui est également journaliste à La Tribune. Ce n'est pas la première fois qu'elle participe au succès d'un artiste québécois. Une démarche valorisante, mais pas nécessairement facile. La manière de travailler de chaque auteure est différente et Mélanie n'attend pas les commandes, elle défriche.

Non, il n'y a pas de commande. J'ai un catalogue de textes et après, c'est de trouver des interprètes. C'est la partie la plus difficile. Quand on a trouvé l'interprète, c'est l'attente, ça demande beaucoup de patience quand on ne chante pas.

Mélanie Noël, journaliste, auteure, compositrice

Amélie Larocque aussi écrit pour plusieurs interprètes, le plus populaire étant certainement Marc Dupré pour lequel elle a écrit Ton départ. Cette chanson a connu un important succès et même remporté des prix prestigieux. Est-ce que l'aventure est payante?

Il est possible de gagner sa vie avec le métier d'auteur-compositeur, c'est juste qu'à partir du moment où ces chansons là jouent, il y a un laps de temps avant de recevoir des redevances, c'est très long. En plus, on peut pas te dire combien de fois tu as joué, l'évaluation est pratiquement impossible.

Amélie Larocque (AMÉ), auteure-compositrice-interprète

Chaque support rapporte des redevances différentes. Par exemple, la vente de 10 000 CD peut valoir, à l'auteur de l'une des chansons, 450 $. Sous forme numérique (iTunes ou autres), c'est encore moins. Là où c'est le plus payant, c'est à la radio. Chaque fois qu'une chanson est diffusée sur les ondes, le cachet est intéressant pour son auteur et son interprète.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !