Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du jeudi 8 novembre 2018

Vélo de montagne et réserve naturelle compatible au mont Bellevue?

Publié le

Des adeptes de vélo de montagne à Sherbrooke durant l'automne
Des adeptes de vélo de montagne à Sherbrooke   Photo : Radio-Canada

Les propriétaires du parc du Mont-Bellevue, soit la Ville de Sherbrooke et l'Université de Sherbrooke, souhaitent qu'il soit désigné réserve naturelle dans le but de mieux encadrer les activités qui y sont pratiquées. Est-ce que ce nouveau statut pourrait modifier les activités qui y sont pratiquées? La présidente de Nature Québec et cofondatrice de l'organisme Corridor appalachien, Louise Gratton, répond à la question.

La désignation de réserve naturelle ne compromet pas les activités pratiquées au mont J.-S. Bourque et au mont Bellevue, tels la randonnée pédestre, le ski de fond ou la raquette.

Le seul critère à respecter pour qu’un site soit désigné réserve naturelle est qu'il doit être un milieu naturel. Il peut présenter des éléments particuliers, comme une faune, une flore ou une géologie singulière, mais ça n’a pas besoin d’être un site exceptionnel, explique Louise Gratton.

Si le projet de réserve naturelle plait à certains, d’autres, comme les adeptes de vélo de montagne, craignent de ne plus pouvoir emprunter les sentiers pour y pratiquer leur sport.

Même si la loi n’empêche pas de pratiquer le vélo de montagne dans une réserve naturelle, Louise Gratton explique que c’est peu commun.

À ma connaissance, il n’existe aucune réserve naturelle qui a été désignée et où il y a des activités de vélo de montagne.

Louise Gratton, présidente de Nature Québec

Si le projet de réserve naturelle allait de l’avant, la Ville de Sherbrooke et l’Université de Sherbrooke resteraient entièrement propriétaires du terrain. Il faudra donc tout de même que les cyclistes s’entendent avec les propriétaires du mont Bellevue, précise Louise Gratton.

La rencontre d'information sur l'avenir du parc du Mont-Bellevue a lieu jeudi soir, à l’hôtel de ville de Sherbrooke, à 19 h.

Chargement en cours