Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du mardi 6 novembre 2018

Dans la peau d'un réfugié : une simulation pour comprendre la réalité d'un nouvel arrivant

Publié le

Des hommes, femmes et enfants marchent dans le désert accompagnés de moutons.
Des réfugiés yézédis ont quitté leurs villes par milliers depuis 2014 pour fuir la violence des forces loyales au groupe armé État islamique dans leur région.   Photo : Reuters / Rodi Said

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) organise un jeu de simulation, mardi, qui invite les Sherbrookois à se glisser dans la peau d'un Irakien nouvellement arrivé au pays. L'activité se déroule dans le cadre de la Semaine sherbrookoise des rencontres interculturelles.

Le SANC a voulu offrir une expérience où les Sherbrookois peuvent se mettre dans la peau de l'autre, sortir de leur réalité quotidienne.

Au Canada, on est quand même bien choyé et on ne se rend pas toujours compte du parcours de ses personnes et de ce qu'ils peuvent vivre au quotidien ,explique d'entrée de jeu Denisa Olimid, directrice du développement des affaires et communications au Service d'aide aux Néo-Canadiens.

Lorsqu'on accueille des personnes immigrantes, la société d'accueil joue un rôle crucial. C'est important qu'elle soit ouverte et sensibilisée à la réalité et au parcours des personnes immigrantes.

Denisa Olimid, directrice des affaires et communications au Service d'aide aux Néo-Canadiens

Le processus d'accueil est plutôt complexe : le nouvel arrivant doit rapidement prendre plusieurs décisions importantes pour son avenir, et ce, parfois dans une langue qui lui est inconnue.

Pour représenter cette réalité, les participants se verront remettre un scénario. Dès qu'ils entreront dans le bâtiment, ils n'entendront plus un mot de français. Les participants passeront par différentes stations, chacune conçue pour faire vivre un choc similaire à celui ressenti par un immigrant, un réfugié, qui arrive à Sherbrooke, explique-t-elle.

Le SANC regroupe une trentaine d'employés et 150 bénévoles qui travaillent pour faciliter l'accueil et l'intégration socio-économique de personnes immigrantes.

Chargement en cours