Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du mardi 23 octobre 2018

L'action communautaire valorisée à Sherbrooke

Publié le

Des gens discutent entre eux. On ne voit pas leurs visages.
Les organismes communautaires prennent plusieurs formes, comme celle de cercles de soutien pour résoudre certaines problématiques.   Photo : iStock / g-stockstudio

Les services des quelque 2000 travailleurs et 9000 bénévoles du milieu communautaire de l'Estrie seront célébrés mardi soir à l'occasion de la Semaine nationale de l'action communautaire autonome.

Le Regroupement des organismes communautaires de l'Estrie (ROC-Estrie) tiendra une soirée 5 à 7 à La Capsule bistro, au centre-ville de Sherbrooke, au cours de laquelle on mettra de l'avant l'importance des 265 organismes du territoire et le travail accompli au sein de ceux-ci.

On veut mettre l'accent sur la fierté d'appartenir à ce mouvement-là, qui est parvenu à aller chercher plusieurs gains au niveau des luttes sociales à travers les années, explique Lucie Levasseur, agente de recherche pour le ROC-Estrie.

Cette dernière rappelle que les organismes communautaires forment un réseau essentiel qui ne se limite pas aux « soupes populaires ».

Les gens pensent souvent que ce ne sont que les soupes populaires, mais en fait, c'est très varié : on a des centres d'actions bénévoles, des cuisines collectives, des maisons de jeunes, des centres de femmes, des centres de lutte aux agressions sexuelle, des ressources en santé mentale, du travail de rue et j'en passe. Il y a des services pour toutes les tranches de la population, mentionne Mme Levasseur.

Leur nécessaire présence ne se traduit toujours pas par un salaire décent, faute de financement. ce qui n'est pas sans impacts, déplore toutefois l'agente de recherche au ROC-Estrie.

Le manque de financement et les salaires qui sont plus bas que la moyenne au Québec peuvent contribuer à un roulement du personnel, dit-elle.

Au Québec, les organismes communautaires estiment à 475 millions de dollars le manque à gagner pour assurer des services stables et des salaires décents.

Chargement en cours