•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les troubles alimentaires à la hausse en temps de pandémie

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Les troubles alimentaires à la hausse en temps de pandémie

Rattrapage du lundi 25 janvier 2021
Un ruban à mesurer et derrière un pèse-personne avec quelqu'un dessus. On ne voit que ses pieds.

Les hommes sont aussi touchés par les troubles alimentaires.

Photo : getty images/istockphoto / vadimguzhva

Les troubles alimentaires semblent s'amplifier depuis le début de la pandémie de COVID-19. Les experts observent un hausse de ce phénomène, particulièrement chez les jeunes.

L’organisme Arrimage Estrie, qui fait la promotion de l’acceptation du corps et de la diversité corporelle, constate davantage de préoccupations concernant la prise et le contrôle du poids au sein de la population.

Les demandes d’aide sont nombreuses pour les personnes qui éprouvent des troubles alimentaires.

C’est sûr que c’est venu chambouler beaucoup de sphères de notre vie. Justement, le confinement fait qu’on est à la maison plus souvent, on est près du réfrigérateur. Mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est surtout le stress, l’incertitude, l’anxiété que les gens vivent, qui sont surtout le déclencheur des modifications du comportement alimentaire, indique la directrice générale de l’organisme, Julie Witty-Chagnon.

Depuis le début de la pandémie, le nombre d’appels reçus chez Arrimage Estrie a bondi.

Les gens se sont beaucoup retrouvés isolés. En ce moment, c’est difficile d’avoir accès à du soutien psychologique et à Arrimage Estrie, on offre du soutien gratuit en plus, précise-t-elle.

L’organisme a été forcé de s’adapter rapidement en offrant des conférences en ligne, et en redémarrant ses groupes de soutien, dans le respect des consignes de santé publique.

Dans le contexte actuel, Julie Witty-Chagnon prône la bienveillance.

C’est normal tous ces comportements-là dans une situation anormale comme on la vit, souligne-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !