•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pénurie de vétérinaires au Québec

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Pénurie de vétérinaires au Québec

Rattrapage du lundi 30 novembre 2020
Un vétérinaire portant des gants chirurgicaux ausculte un chat.

Environ 75 % des cliniques vétérinaires doivent composer avec un manque de personnel.

Photo : getty images/istockphoto / Dina Damotseva

L'explosion du télétravail depuis le début de la pandémie provoque une ruée vers les sociétés protectrices des animaux et les éleveurs pour l'adoption de chiens et de chats.

Cette situation fait en sorte de créer une pression importante sur les vétérinaires qui manquent de temps pour offrir les services de base.

La pénurie de personnel dans ce domaine pose également problème pour réussir à répondre à la demande des propriétaires d’animaux.

Il y a beaucoup de stérilisation, de vaccination qui ont dû être reportées [en raison de la pandémie]. Par la suite, au printemps, la demande est encore plus forte pour nous. Présentement, c’est encore difficile, explique le Dr Michel Pépin, vétérinaire et président de l'Association des médecins vétérinaires du Québec.

Environ 75 % des cliniques vétérinaires doivent composer avec un manque de personnel.

Il y a quand même trois millions de chiens et de chats au Québec. On est à peu près 1 500 vétérinaires pour couvrir tout le territoire et c’est une profession majoritairement féminine et la conciliation travail-famille est importante pour nous, souligne-t-il.

Les traitements urgents sont donc priorisés et la plupart des vétérinaires sont contraints de refuser de nouveaux clients.

Certains problèmes mineurs peuvent devenir majeurs avec le temps. C’est à ce niveau qu’il faut être très attentif, insiste-t-il.

Néanmoins, les propriétaires d’animaux ne doivent pas hésiter à contacter leur clinique vétérinaire s’ils ont des doutes sur l’état de santé de leur animal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !