•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Automonie alimentaire : l'industrie salue l'aide de Québec

Rattrapage du vendredi 20 novembre 2020
Des légumes produits et vendus par des agriculteurs de l'Estrie. On voit ici combien d'item chaque personne doit prendre pour compléter son panier du fermier.

Des légumes produits et vendus par des agriculteurs de l'Estrie.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Lapalme

Le Conseil de l'industrie bioalimentaire accueille avec enthousiasme le financement de 157 millions de dollars consenti par Québec pour accroître l'autonomie alimentaire du Québec.

Jeudi, le ministre de l'Agriculture André Lamontagne a annoncé une série de mesures pour permettre la robotisation du secteur, l'automatisation de la production alimentaire et des campagnes d'information favorisant l'achat de produits du Québec.

Maripier Baril du Conseil de l'industrie bioalimentaire se réjouit d'abord que les sommes soient réparties sur plusieurs fronts.

C'est intéressant parce qu'on s'attaque à notre capacité de production et d'une autre part on s'occupe de la promotion.

Mariepier Baril, Conseil de l'industrie bioalimentaire

Elle se réjouit particulièrement que 17 millions de dollars soient consacrés à Aliments Québec qui vise à faire connaître les produits d'ici.

C'est une chose d'augmenter notre capacité de production, c'en est une autre de rejoindre les consommateurs et de leur montrer ce qu'il se fait bel et bien chez nous, explique Marie-Pier Baril.

D'ailleurs, le ministre de l'Agriculture, André Lamontagne a aussi demandé aux Québécois de faire l'effort de remplacer 12 $ de produits venant de l'étranger par des denrées locales.

12 $, pour la majorité des foyers, c'est juste de changer quelques habitudes toutes simples.

Mariepier Baril, Conseil de l'industrie bioalimentaire

L'Estrie, en bonne position pour l'autonomie alimentaire

Avec une production de fromage fleurissante, des fermes maraîchères nombreuses en plus de productions bovines et porcines, l'Estrie est bien placée pour réussir à nourrir ses résidents, pense Mariepier Baril.

C'est tellement une bonne nouvelle que le gouvernement s'investisse pour leur permettre d'augmenter cette capacité-là. Ça fait longtemps qu'ils étaient prêts et qu'ils attendaient ça, souligne Mariepier Baril.

Elle croit qu'il reste néanmoins quelques mythes à déboulonner pour que les producteurs puissent véritablement prendre leur place dans l'assiette des citoyens.

ll faut arrêter de penser que de manger local ce n'est que de s'intéresser à ce qui est gastronomique et qui est hors de prix. C'est tellement plus accessible qu'on le pense, plaide Mariepier Baril.

D'ailleurs, le ministre de l'Agriculture a lui-même rappelé que contrairement à certaines croyances, les prix des denrées du Québec sont très, très compétitifs.

Pour accroître encore cette production, le ministre annoncera bientôt des mesures pour favoriser la production de fruits et légumes en serre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !