•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs de lait de chèvre préparent la relance de leur industrie

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Les producteurs de lait de chèvre préparent la relance de leur industrie

Rattrapage du mardi 20 octobre 2020
chèvre couché dans la paille d'une étable

Après deux années d’inquiétude et de découragement pour les producteurs de lait de chèvre, une sorte de renaissance marque le printemps.

Photo : Radio-Canada

Les producteurs de lait chèvre du Québec, dont on en compte une dizaine en Estrie, peinent à fournir à la demande. Ils estiment qu'il manquera environ un million de litres en 2021.

Ils viennent de soumettre un plan de relance de leur industrie qui a souffert particulièrement dans les dernières années.

Il a fallu renégocier les ententes avec les transformateurs, puis à ce moment là, il a fallu faire une baisse de prix échelonnée sur deux ans qui a fait quand même mal à l’industrie. On a perdu une vingtaine d’entreprises au cours des deux dernières années , souligne Rémi Hudon, président des producteurs de lait de chèvre du Québec en entrevue à Par ici l’info.

Leurs revenus ont également chuté d’environ 11 %.

Le plan de relance vise donc à rétablir les volumes disponibles, car les producteurs s’attendent à ce que la reprise économique se traduise par une hausse de la demande.

On a regardé pour un programme ponctuel pour augmenter les revenus des producteurs par un programme, puis ensuite encourager le démarrage de nouvelles fermes, soutient M. Hudon.

Les producteurs laitiers caprins québécois, qui ne sont pas soumis à la gestion de l’offre, ont également été affectés par les accords commerciaux internationaux et espèrent obtenir des données précises en ce qui a trait aux importations de lait de chèvre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !