•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Un jeune diplômé de Sherbrooke prêt à être infecté par la COVID-19 pour la science

Rattrapage du jeudi 1 octobre 2020
Ce tube contient suffisamment de protéines de COVID-19 pour effectuer des recherches pour un vaccin ou un médicament.

Ce tube contient suffisamment de protéines de COVID-19 pour effectuer des recherches pour un vaccin ou un médicament.

Photo : Radio-Canada

Un Sherbrookois de 27 ans se porte volontaire pour être infecté à la COVID-19. Il a soumis son nom à une organisation non gouvernementale, 1DAY Sooner, pour participer à un essai clinique.

Alexandre Rodgers vient de terminer ses études en psychologie à l’Université Bishop’s et souhaite ainsi faire avancer la science.

Les essais de provocation humaine, c’est un outil que l’on peut amener pour avoir beaucoup plus d’informations et comparer les différents vaccins de manière plus efficace pour vraiment aider à obtenir un vaccin pour tout le monde plus rapidement , fait-il valoir en entrevue à Par ici l’info.


Conscient des risques possibles de complications, M. Rodgers relativise la situation en soulignant qu’à son âge, ils demeurent plus faibles. Ce type d’essais cliniques soulève néanmoins des questions éthiques et Santé Canada ne s’est pas encore prononcé.

Pour l’instant, il n’y en a pas de planifier au Canada. C’est pour ça que j’ai lancé une pétition, explique-t-il. Celle-ci est parrainée par le député de Thunder-Bay-Rainy River à la Chambre des communes, Marcus Powlowski.

Alexandre Rodgers indique qu’il sera dédommagé pour participer à ces essais cliniques.

Ça va vraiment pour compenser notre temps, car il va falloir être en isolement pour potentiellement un mois. Alors, ce serait de débourser le salaire ou le déplacement pour pas que les participants aient à le faire de leurs poches, soutient-il.

Jusqu’à maintenant, 1DAY Sooner a recruté quelque 38 000 volontaires pour ses essais cliniques dont 1600 Canadiens.Un premier essai est prévu en janvier au Royaume-Uni.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !