•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les longs délais d'attente au centre de dépistage de Sherbrooke critiqués

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Les longs délais d'attente au centre de dépistage de Sherbrooke critiqués

Rattrapage du mercredi 16 septembre 2020
Deux personnes attendent à l'entrée du centre de dépistage sans rendez-vous de la COVID-19 de Sherbrooke.

Le nombre de tests de la COVID-19 réalisés chez les jeunes estriens de 18-25 ans a doublé depuis le mois de mars.

Photo : Radio-Canada

Une mère de Sherbrooke déplore le long temps d'attente au centre de dépistage de la rue Murray à Sherbrooke et l'incertitude dans laquelle elle a été plongée alors que son enfant avait des symptômes de gastro qui peuvent être liés à la COVID-19.

Lundi, Geneviève Fontaine s’est rendue avec son fils de 3e secondaire qui fréquente l'école Le Salésien au centre de dépistage après avoir rempli un questionnaire en ligne qui lui indiquait d’aller le faire tester. Elle a aussi multiplié les appels pour s'assurer que c'était la bonne décision.

« On est arrivés à 14 h. Ils nous ont dit qu’on avait entre deux heures et trois heures d’attente. On avait la possibilité de retourner à la maison, puis on avait huit minutes pour se rendre après qu’ils nous aient appelés. On est retournés vers 16 h 45 en se disant qu’ils allaient nous appeler bientôt et on s’est fait appeler à 18 h 45 », a-t-elle raconté en entrevue à Par ici l’info.

Pendant tout ce temps, son enfant ressentait des douleurs musculaires, avait mal à la tête et vomissait.

Quand je suis arrivée au centre de prélèvements avec un enfant qui a des symptômes de gastro, ce n’est pas évident. Disons que je me suis sentie laissée seule avec moi-même. J’ai trouvé ça vraiment pénible. [...] Ce n'est pas qu'on voulait passer devant les autres, mais dans une situation comme ça, c'est un peu particulier.

Celle qui est éducatrice en centre de la petite enfance remet également en question les directives qui lui ont été données pour son retour au travail alors qu’elle a passé toute la journée à s’occuper de son garçon malade.

On lui a indiqué qu'elle pouvait retourner dans son milieu de travail.

Je ne trouve pas ça logique d’autant plus que je travaille à la pouponnière. Je me pose beaucoup de questions par rapport à la cohérence. La population 0-5 an peut devenir très rapidement vulnérable.

Mme Fontaine a choisi de prendre des congés par souci professionnel en attendant que tous les membres de la famille reçoivent les résultats des tests.

Nombre de cas en Estrie

Les plus récentes données transmises par la santé publique font état de 23 nouveaux cas de COVID-19 en Estrie.

Parmi les municipalités touchées, Sherbrooke en compte 15 de plus que la veille et la Haute-Yamaska (incluant Bromont) quatre.

Il n'y a aucun nouveau décès en lien avec la maladie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !