•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Le temps des pommes, avec moins de McIntosh

Rattrapage du mardi 15 septembre 2020
Des pommes McIntosh dans un arbre.

La pomme McIntosh perd en popularité depuis quelques années.

Photo : getty images/istockphoto / tpuerzer

La pomme McIntosh pourrait disparaître dans les prochaines années, du moins cette variété est moins plantée dans certains vergers, dont celui de la Pommalbonne, à Compton.

De plus en plus, les consommateurs choisissent des pommes plus croquantes et plus sucrées, selon David Lafond, copropriétaire de l’entreprise.

Il y a 50 ans, 90 % des arbres étaient des McIntosh. Aujourd’hui, c’est moins de 50 % et, dans notre verger, c’est 30 %, explique le pomiculteur.

Le choix revient finalement au producteur, qui décide avec quels produits il a le goût de travailler. Chaque variété va avoir ses caprices, précise M. Lafond, qui ajoute toutefois que la McIntosh s’est toujours bien introduite dans les vergers.

Cette pomme est également utilisée pour développer de nouvelles variétés.

Plusieurs raisons expliquent donc que certains producteurs demeurent attachés à la McIntosh.

Je suis la 4e génération, dans la famille, de producteurs de pommes. Je vais toujours en replanter un petit peu pour garder cette tradition-là avec nous.

David Lafond, copropriétaire de la Pommalbonne

Selon David Lafond, la Honeycrisp et la traditionnelle Cortland gagnent en popularité. La saison des pommes est également bien entamée dans la région de l’Estrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !