•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Les auteurs régionaux ont la cote, constate la librairie Biblairie GGC

Rattrapage du lundi 10 août 2020
Le livre québécois mérite de sortir des tablettes lors de la journée J'achète un livre québécois

Le livre québécois mérite de sortir des tablettes lors de la journée 'J'achète un livre québécois'.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

À l'approche de la journée « j'achète un livre québécois » qui se tiendra la 12 août prochain, le directeur général de la Biblairie GGC à Sherbrooke constate un engouement pour la littérature québécoise et régionale.

Depuis la réouverture (de la librairie), les gens sont au rendez-vous et nous demandent beaucoup de livres d'auteurs de la région et du Québec, s’est réjoui Étienne Caza en entrevue à l’émission Par ici l’info.

Le contexte est très favorable à la production québécoise. Les gens entendent énormément parler de l’achat local.

Étienne Caza, directeur général de la librairie Biblaire GGC.

Le milieu de l’édition québécois tire également profit d’une chute de l’importation des oeuvres produites à l’étranger. Les éditeurs sont en questionnement par rapport à leur production, alors on n’a pas le même nombre de titres que l’on reçoit traditionnellement de l’étranger, a expliqué M. Caza.

Toujours selon M. Caza, la grève au port de Montréal est une autre tuile qui s’abat sur les éditeurs des autres continents.

La journée du 12 août qualifiée de panier bleu avant le panier bleu a eu des répercussions favorables pour le milieu du livre québécois. Le sentiment d’appartenance et d’amour de nos auteurs de la région est très fort, a conclu M. Caza.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !