•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes craignent un exode des préposés aux bénéficiaires vers le public

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Des organismes craignent un exode des préposés aux bénéficiaires vers le public

Rattrapage du vendredi 5 juin 2020

Les organismes communautaires qui offrent des soins à domicile craignent un exode de leurs préposées aux bénéficiaires vers le réseau public.


Mardi, Québec a lancé son programme de recrutement de 10 000 préposés aux bénéficiaires. Cette formation payée de trois mois sera offerte à compter du 15 juin.

Le directrice générale de la coopérative de services à domicile de l'Estrie, Anne-Marie Poirier, estime que les organismes communautaires ont été laissés de côté par le gouvernement dans cette campagne de recrutement massif.

À Sherbrooke, l'organisme affirme déjà avoir perdu une quinzaine de préposés depuis le début de la crise sanitaire. Anne-Marie Poirier redoute que cet exode s'accentue au cours des prochaines semaines.

Des salaires alléchants

Même si les professionnels dans le réseau public et ceux du secteur communautaire doivent répondre aux mêmes exigences quant à la formation et aux compétences, leurs conditions de travail sont très différentes.
François Legault a annoncé mardi que les préposés formés cet été gagneront à terme 26 $ l'heure, en plus de bénéficier d'une foule d'avantages sociaux, dont la participation à un régime de retraite.

Anne-Marie Poudrier estime qu'il est impossible pour le milieu communautaire d'accoter salaires proposés au public.

C'est sûr que c'est très alléchant, quand tu es plus jeune. Nous on a pas de plan de retraite, on n'a pas tout ça à offrir alors qu'ils font un travail aussi difficile, aussi exigeant et aussi prenant.

Anne-Marie Poudrier, directrice générale de la Coopérative de services à domicile de l'Estrie

À la coopérative de services à domicile, les préposés gagnent 10 $ l'heure de moins que ce qui sera offert dans le réseau public.

Anne-Marie Poirier demande à Québec d'inclure les organismes communautaires et les services à domicile dans sa stratégie. Elle rappelle que 80 % des aînés vivent à domicile. Selon elle, les services d'entretien ménager, d'aide alimentaire et de soins personnels sont essentiels pour soutenir cette clientèle qui n'est pas encore à l'étape de vivre en CHSLD.

François Legault a d'ailleurs évoqué la possibilité d'hausser les salaires du privé afin d'éviter un exode des préporés aux bénéficiaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !