Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du lundi 9 septembre 2019

Combattre l'anxiété dès l'école primaire

Publié le

Un homme porte ses mains à la tête. Des gribouillages comportant des points d'interrogation et d'exclamation entourent sa tête.
La dépression et l'anxiété peuvent être un moteur créatif, mais il ne faut pas perdre de vue que ces maladies mentales peuvent être difficiles à gérer.   Photo : iStock / SIphotography

L'anxiété est une réalité bien présente chez les étudiants de l'Université de Sherbrooke. Au point où ils sont conviés à deux séries d'ateliers pour permettre de comprendre et de prévenir les sources de celle-ci.

Les propensions à vivre de l'anxiété à l'université sont grandes, admet d'emblée le psychologue Grégoire Lebel.

Même si les symptômes, comme la fatigue ou le manque de concentration, sont bien connus; la difficulté demeure d'en déterminer les sources. Celles-ci étant plus diffuses selon le professionnel.

M. Lebel suggère l'introspection pour mieux comprendre les éléments provocateurs. Il faut augmenter notre curiosité envers nous-mêmes, illustre-t-il.

Au micro de Renée Dumais-Beaudoin, le psychologue mentionne que l'activité physique peut être une bonne façon d'éviter les épisodes anxieux.

Si les tabous sur le sujet sont moins nombreux, M. Lebel pense que de bien outiller les élèves, dès le primaire, pour mieux réguler leurs émotions pourrait contribuer à les aider.

Chargement en cours