Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du mardi 28 mai 2019

Former des diplômés écoresponsables : la nouvelle mission de l’UdeS

Publié le

Une pancarte de l'Université de Sherbrooke située devant un pavillon
L'Université de Sherbrooke   Photo : Radio-Canada

Le désir de devenir de plus en plus conscients de l'environnement se répand comme une traînée de poudre dans la société, et voilà que le mouvement atteint l'Université de Sherbrooke. L'établissement compte former des diplômés écoresponsables au cours des prochaines années.

Quand on parle d’écoresponsabilité, on pense de façon plus directe à la question environnementale, mais c’est aussi d’être conscient des enjeux sociaux, environnementaux, économiques, politiques, culturels et de les intégrer dans nos décisions, explique la conseillère pédagogique en développement durable à l’Université de Sherbrooke, Véronique Bisaillon.

L’Université a d’ailleurs tenu un forum sur la question de l’écoresponsabilité le 17 avril dernier avec des représentants de ses huit facultés. On voulait s’interroger sur ce que serait un diplômé écoresponsable. Ça nous a permis de ramener ce dialogue à l’ensemble des facultés, ajoute Véronique Bisaillon.

Un diplômé écoresponsable idéal développe son sens critique. Par exemple, un étudiant en éducation qui formerait des élèves sur les impacts de leurs décisions sur l’environnement.

Véronique Bisaillon, conseillère pédagogique en développement durable à l’Université de Sherbrooke

Chaque faculté devra s’adapter pour inclure un volet écoresponsable dans son cursus. Les étudiants en génie doivent, par exemple, inclure une analyse environnementale de leurs projets.

Il y a beaucoup d’étudiants en santé qui se mobilisent pour que la question de l’impact des changements climatiques sur la santé soit incluse dans leur curriculum. Ça se décline comme ça dans toutes les facultés dans différents niveaux, renchérit la conseillère pédagogique.

Chargement en cours