Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du mercredi 24 avril 2019

Plus de 70 médecins de famille manquent en Estrie

Publié le

Un médecin s'entretient avec son patient.
Un médecin discute avec un de ses patients.   Photo : iStock

Soixante-quatorze médecins de famille seraient nécessaires au CIUSSS de l'Estrie-CHUS afin de faire disparaître la liste d'attente des patients orphelins. En plus des nouvelles inscriptions, quelque 20 000 patients devraient perdre leur médecin de famille en raison de départs à la retraite au cours de la prochaine année.

Le besoin est criant partout, reconnaît la directrice des services généraux au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Line Cardinal.

Les besoins au niveau provincial sont de 800 médecins de famille et, dans la région, il nous manque environ 74 médecins. L'an passé, on nous en a attribué 23. L'écart entre ce qui nous est octroyé et ce qu'on devrait avoir pour couvrir les besoins de départ est grand, précise-t-elle.

Tous les efforts sont faits pour que les patients qui perdent leur omnipraticien en retrouvent un rapidement au sein de la même clinique, assure Line Cardinal.

La volonté première de l'ensemble des médecins de GMF [groupe de médecine familiale], c'est vraiment de garder la clientèle déjà inscrite à l'intérieur de la clinique. Ce qui arrive, c'est une question de capacité. Lorsqu'un médecin quitte et qu'il y a 1500 patients inscrits à son nom, on arrive à une situation où la capacité de rétention de la clientèle dans le GMF n'est plus possible, explique-t-elle.

On a beaucoup de départs à la retraite. Déjà cette année, les GMF ont réussì à conserver au sein de leur installation près de 16 000 patients qui ont perdu leur médecin de famille cette année et on anticipe qu'il y en aura au moins 20 000 avec les départs à la retraite de l'année prochaine, résume-t-elle.

Le président de l'Association des médecins omnipraticiens de l'Estrie soutient quant à lui que les départs à la retraite ont été plus nombreux que prévu. Alain Demers aimerait que les médecins aient plus de pouvoir décisionnel pour pallier la situation.

Que ce soit du personnel infirmier, des physiothérapeutes, des orthophonistes ou, peu importe, je pense que les médecins doivent avoir certains forfaits pour engager du personnel à l'intérieur des cliniques. Je pense que ce n'est pas seulement la main-d'oeuvre médicale qui manque, je pense qu'il manque un système organisationnel. Ça s'est amélioré avec les GMF il y a 15 ans, mais je crois qu'il y a encore plus à faire au niveau organisationnel, note Alain Demers.

Chargement en cours