Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du lundi 15 avril 2019

Un 13e Marathon de Boston « spécial » pour l'ultra-marathonien Sébastien Roulier

Publié le

Marie-Michèle Fortin, à bord de son fauteuil roulant, en compagnie de Sébastien Roulier
Marie-Michèle Fortin en compagnie de Sébastien Roulier   Photo : Radio-Canada / Léa Beauchesne

Le pédiatre de Sherbrooke Sébastien Roulier est ravi du déroulement de son 13e marathon de Boston, qu'il a parcouru lundi en 3 h 17 minutes. Pour lui et sa copilote, la course de 42 kilomètres a été bien « spéciale ».

« C'est la foule qui nous encourageait », lance d'emblée l'athlète sherbrookois. Ce dernier s'est d'ailleurs « amusée » avec elle, en soulevant régulièrement les bras. Ils répondaient vraiment bien. C'est vraiment un marathon où la foule est dynamique quand on les interpelle. J'en ai profité, a-t-il raconté en fin d'après-midi.

Probablement que sur toutes les photos, ma copilote Marie-Michelle et moi on va avoir un sourire parce que c'était incroyable toute l'énergie qu'on a eue de la foule.

Sébastien Roulier, ultra-marathonien

Même si les parcours en duo sont implantés depuis longtemps au Marathon de Boston, le Sherbrookois Sébastien Roulier était le premier participant de la célèbre course à y pousser un Kartus, un fauteuil québécois spécialement conçu pour courir.

C’est la passion de Marie-Michelle Fortin pour la course qui a poussé Sébastien Roulier à se lancer dans cette aventure avec elle. Après avoir battu un record Guinness au marathon de Montréal, ça allait de soi de s’attaquer au prestigieux marathon de Boston, explique-t-il.

Fébrilité d'avant-course

À moins d’une heure avant son départ prévu à 9 h 25 lundi matin, l’enthousiasme était palpable. C’est une fébrilité intéressante. C’est la 13e fois que je participe au Marathon de Boston, mais c’est la première fois que je le compléterai en duo, a confié Sébastien Roulier.

Je ne vois pas le visage de Marie-Michèle durant la course, mais je peux deviner son sourire.

Sébastien Roulier

C’est pour renouveler et partager sa passion de la course qu’il se lance en duo sur ce parcours. J’en suis à mon 57e marathon et à ma 20e année de course. Il faut renouveler la motivation et courir en duo m’aide à explorer la course sous un nouvel angle, précise-t-il.

Chargement en cours