Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du jeudi 21 février 2019

La production maraîchère pour former les entrepreneurs de demain

Publié le

Boîtes de tomates et de courgettes
Le projet « Jardin jeunes entrepreneurs » invite les jeunes Sherbrookois âgés de 11 à 14 ans à s'initier aux métiers de la terre et à l'entreprenariat.   Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Le projet « Jardin jeunes entrepreneurs » invite les jeunes Sherbrookois âgés de 11 à 14 ans à s'initier aux métiers de la terre et à l'entrepreneuriat.

Le temps d'un été, 15 jeunes de la région deviendront de véritables producteurs maraîchers grâce à l'organisme à but non lucratif (OBNL) Croquarium.

Les jeunes participants devront concevoir leur plan de jardin et suivre des ateliers sur le compagnonnage, tout en gardant en tête qu'il s'agit d'un jardin d'entrepreneuriat.

Quand ils choisiront ce qu'ils planteront, ils devront aussi penser à la vente dans le but de rentabiliser le jardin, explique la responsable aux communications et développements des affaires de Croquarium, Mélanie Mercier.

Ils devront faire leurs preuves à partir d'une parcelle de terre de 10 mètres carrés.

Des jeunes qui étaient intéressés à la base à apprendre à jardiner peuvent se découvrir un intérêt grandissant pour les études de marché parce qu'ils doivent définir le prix de leurs produits, note-t-elle.

Une fois la récolte terminée, les participants apprendront également à transformer les différents légumes et les fines herbes.

Changer le rapport des jeunes à la terre

Mme Mercier indique que l'expérience risque aussi d'influencer aussi le rapport des participants à l'alimentation et au choix des aliments.

Quand tu fais pousser toi-même tes carottes et qu'une part de la récolte est mauvaise, le rapport à la valeur de cet aliment change.

Mélanie Mercier, responsable aux commnunications et développements des affaires, Croquarium

La notion gaspillage alimentaire et le rapport à la terre feront nécessairement partie des apprentissages.

On parle de plus en plus d'un nouveau phénomène : le déficit nature. Les gens développent de l'anxiété par le manque de contact avec la nature. Croquarium a aussi la mission de rétablir ce lien avec la nature, ajoute Mélanie Mercier.

Chargement en cours