Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du lundi 18 février 2019

Concentration en sports électroniques au Mont-Sainte-Anne : la Santé publique inquiète

Publié le

Un jeune homme jour à un jeu vidéo à l'ordinateur. Il porte un casque d'écoute équipé d'un micro ajustable pointé vers sa bouche.
Un programme de «eSport» sera offert dès septembre 2019, au Collège du Mont Sainte-Anne de Sherbrooke.   Photo : iStock / gorodenkoff

Le Collège du Mont-Sainte-Anne de Sherbrooke travaille de pair avec la Direction de santé publique de l'Estrie afin de s'assurer que son nouveau programme de concentration scolaire en sport électronique ne nuise pas à la santé physique et psychologique de ses futurs participants.

Elle croit qu'un des principaux défis du programme consistera à ne pas excéder le temps d'écran recommandé pour les adolescents. Les jeunes âgés de 5 et 17 ans qui passent plus de deux heures par jour devant un écran augmentent considérablement leur risque de souffrir d'obésité, précise la directrice de Santé publique de l'Estrie, Dre Mélissa Généreux.

Elle rappelle que le temps d'écran peut nuire à la qualité du sommeil ce qui a pour effet d'augmenter les risques de surpoids également.

Or, le programme de sport électronique que propose le Collège Sainte-Anne prévoit que les élèves auront dix heures par semaine de cette discipline à l'horaire.

Le Collège du Mont-Saint-Anne se dit très conscient des dangers liés aux longues heures passées devant les écrans, mais soulève que cette réalité est déjà présente chez les adolescents. Le directeur général de l'établissement, Olivier Audet croit qu'il vaut mieux « partir de leur passion, [et essayer de] les amener vers un mode de vie plus sain, plus équilibré. »

Dre Généreux se dit toutefois rassurée de voir qu'un volet éducatif du programme misera sur la sensibilisation, la prévention et le repérage. Les parents devront aussi être sensibilisés aux risques que représentent un temps d'écran trop importants chez les jeunes.

Chargement en cours