•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La table à Mo, à Granby, vue par son chef propriétaire

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

La table à Mo, à Granby, vue par son chef propriétaire

Rattrapage du vendredi 26 juin 2020
Du boudin cuisiné dans des plats pour emporter.

Selon le chef propriétaire de la Table à Mo, Moreno Tomeï, son boudin est un incontournable.

Photo : Facebook/La Table à Mo

Tous les vendredis pendant l'été, l'équipe de Par ici l'info termine la semaine en discutant avec des chefs de la région qui cuisinent des produits locaux et qui possèdent la certification Créateurs de saveurs des Cantons-de-l'Est. Le premier est Moreno Tomeï, chef propriétaire du restaurant La table à Mo, situé à Granby.

M. Tomeï cumule 45 ans d’expérience en cuisine. Natif de Schefferville, il est le fils d’un père italien et d’une mère gaspésienne.

Un produit du terroir, lance en riant Moreno Tomeï au début de la discussion.

L’homme est arrivé à Granby il y a une quinzaine d’années.

L’intérêt, ç'a été de me faire des amis et de rencontrer des gens. Au fil des années, j’ai appris à rencontrer tout le monde. On a beaucoup de producteurs autour et j’ai appris à travailler avec tout le monde et c’est ça, pour moi, une cuisine du terroir. De travailler en équipe et faire que tout le monde puisse avoir du fun et du travail.

Le menu évolue rapidement dans son restaurant et de travailler avec des produits qui ne sont pas toujours disponibles est un défi qu’il aime relever.

C’est ce qui m’aide à avancer et à évoluer dans mon travail. Parfois, une heure avant le service, on change d’idée. On vit dangereusement et c’est ça qui est plaisant. Mon chef m’adore, dit-il à la blague.

Selon M. Tomeï son boudin est un incontournable à découvrir.

Le boudin, c’est un produit que j’ai eu de la misère à manger quand j’étais jeune, mais aujourd’hui je m’amuse à en faire. Au fil des ans, il s’est amélioré et transformé. Mon petit boudin rouge, bien nature, fait avec amour, dit-il en nous proposant de l'essayer.

Le restaurant n’a pas encore rouvert ses portes. Pour l’instant, le chef propriétaire continue de se consacrer aux plats pour emporter.

Ç'a roulé et ça fonctionne encore bien. J’attends de pouvoir rouvrir à 100 %, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !