•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Par ici l'info

Avec Renée Dumais-Beaudoin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Prestation canadienne d'urgence : attention aux mauvaises surprises

Rattrapage du mercredi 15 avril 2020
Une tirelire cochon qui porte un masque respiratoire.

Finances personnelles en temps de COVID-19

Photo : iStock

Les bénéficiaires de la Prestation canadienne d'urgence (PCU) auraient tout intérêt à ne pas dépenser l'ensemble du 2000 $ reçu du gouvernement fédéral. C'est la mise en garde du directeur du développement des marchés chez Desjardins à Sherbrooke, Stéphane Blanchard.

Le 500 $ par semaine, c’est un montant brut. Il n’y a aucun impôt retenu sur ce montant (...). Ça veut dire qu’il va falloir le payer cet impôt-là à un moment donné, mentionne M. Blanchard.

Selon ses calculs, un bénéficiaire du PCU qui gagne un montant de 20 000 $ annuellement doit prévoir une somme de 550 $ en retenues fiscales par mois.

S’il touche la prestation pendant trois mois, ça fait 1600 $. Il faudra mettre de côté 66 $ par semaine, pour les six prochains mois. Sur un salaire annuel de 20 000 $, c’est beaucoup d’argent!

Stéphane Blanchard, directeur au développement des marchés chez Desjardins à Sherbrooke

Un travailleur avec un revenu annuel de 50 000 $ doit prévoir un montant de 733 $ par mois en impôts à payer.

Idéalement, si vous êtes capables, il faudrait mettre un montant de 20 % à 30 % de côté, mentionne l’expert en finances personnelles.

Pour M. Blanchard, les épargnants devraient prioriser, dans le futur, la création d’un fonds d’urgences personnelles couvrant jusqu’à trois mois des dépenses du foyer.

Remboursement de l’aide?

Plusieurs bénéficiaires de l’aide d’urgence se demandent s’ils auront à rembourser une partie de la somme avancée en avril s’ils peuvent retourner au travail avant la fin du mois.

À l’heure actuelle, nous n’avons pas entendu qu’il y aurait des remboursements demandés, précise Stéphane Blanchard.

Par contre, il rappelle qu’une personne qui retourne au travail doit communiquer avec le gouvernement fédéral pour faire cesser les versements de la prestation ou de l’assurance-emploi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !