Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Renée Dumais-Beaudoin
Audio fil du mercredi 13 mars 2019

Des pistes de solution pour combattre l'insomnie

Publié le

Chronique de la pharmacienne Anne-Emilie Dionne : les problèmes de sommeil

L'insomnie est un problème qui touche entre 13 et 17 % de population canadienne âgée de plus de 15 ans, soit plus de 3 millions de Canadiens. La pharmacienne Anne-Émilie Dionne explore les traitements naturels et pharmacologiques disponibles.

De ce nombre, plus du tiers aura recours à des médicaments en vente libre ou d'ordonnance pour soulager les symptômes de l'insomnie.

Différents types d'insomnie

Insomnie initiale : difficulté à amorcer le sommeil après plus de 30 minutes au lit.
Insomnie de maintien : difficulté à maintenir le sommeil durant la nuit; éveils fréquents qui
nécessitent plus de 30 minutes pour se rendormir.
Insomnie terminale : éveil précoce où le patient se réveille de 30 à 60 minutes avant l’heure prévue
de son réveil.

La pharmacienne Anne-Émilie Dionne recommande de prioriser une approche non pharmacologique pour traiter les symptômes de l'insomnie, notamment en adoptant des comportements propices au sommeil.

« Évitez de faire des exercices vigoureux 4 h avant le sommeil et de consommer des produits stimulants, comme la menthe, le chocolat et la caféine au moins 2 h avant d'aller au lit », précise-t-elle.

Si une bonne routine de sommeil ne suffit pas à combattre l'insomnie, des médicaments en vente libre ou sur ordonnance peuvent être une solution de rechange.

Les antihistaminiques tels que le Benadryl et le Sleep-Eze doivent être pris avec précautions puisqu'ils peuvent interagir avec d'autres médicaments ou causer des effets secondaires.

Beaucoup de gens souffrant d'insomnie se tournent aussi vers la mélatonine, une hormone naturellement sécrétée par le corps.

« Son efficacité a été démontrée par les études dans l'insomnie primaire chez les adultes de plus de 55 ans et chez les enfants atteints de troubles neurologiques. Elle améliore la capacité à s’endormir et la qualité du sommeil sans modifier l’architecture du sommeil. »

Chargement en cours