Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Philippe Marcoux
Audio fil du jeudi 2 août 2018

Une entreprise biopharmaceutique de la région élabore des médicaments à base de cannabis

Publié le

Du cannabis tombant d'un contenant pour médicaments.
Du cannabis dans un contenant pour médicaments   Photo : Getty Images

Une entreprise basée à Orléans, près d'Ottawa, connaît une croissance marquée dans le développement de cannabis médical. Cette entreprise biopharmaceutique veut faire du cannabis et des produits à base de cannabinoïdes une composante du système médical canadien.

Tetra-Bio Pharma est la seule entreprise en Amérique du Nord à travailler avec Santé Canada et la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis pour mener des essais cliniques qui répondent aux exigences de tous comme les organismes de réglementation, les médecins et les assureurs.

« On est en train d’établir la norme », explique le président-directeur général (PDG) par intérim de l'entreprise biopharmaceutique, Guy Chamberland. « On démontre aux agences qu’on est capable de développer un médicament à base de cannabis avec la même rigueur que tout autre médicament venu sur le marché. »

Un médicament mis sur le marché par Santé Canada et la FDA présente un niveau de fiabilité plus important qu'un produit récréatif à base de cannabis dont les doses peuvent fluctuer et dont les interactions avec d'autres médicaments n'ont pas été analysées, rappelle le PDG.

Les pharmaciens et chercheurs mènent une étude sur les effets des médicaments à base de cannabis consommés par inhalation sur la douleur. La phase un de l'étude montre des résultats concluants, selon M. Chamberland.

« L’effet pharmacodynamique est très très bien démontré. On le voit à l’intérieur de quatre à cinq minutes », explique-t-il. « Un seuil maximal du THC [tetrahydrocannabinol], ça les détache [les patients] de la souffrance. »

Chargement en cours