Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Philippe Marcoux
Audio fil du mardi 2 janvier 2018

C'est la fin de La Presse en version papier... Quel avenir pour les médias?

Publié le

La toute dernière parution papier de La Presse, le 30 décembre 2017
La toute dernière parution papier de La Presse, le 30 décembre 2017   Photo : Radio-Canada

Samedi dernier, le journal La Presse était publié pour la dernière fois dans sa version papier. De nombreux abonnés ont dû visiter différents dépanneurs ou épiceries pour finalement trouver un exemplaire de cette ultime publication papier.

Après avoir cessé de publier son édition papier en semaine, La Presse marque maintenant la fin d'une époque en mettant fin à la publication de son unique édition papier, le samedi.

Le virage était déjà bien annoncé, souligne le professeur titulaire au département de communication de l'Université d'Ottawa, Pierre C. Bélanger. « Il y a probablement certains journaux concurrents qui vont tenter d'en tirer profit de leur présence sur support papier », citant le Journal de Montréal et LeDroit, dans la région.

L'intérêt du papier demeure-t-il assez présent?

« Les vieilles habitudes ne se perdent pas », pense M. Bélanger. « Évidemment, ce serait propre à un groupe d'âge », soit les 55 ans et plus.

« Il y a toujours une clientèle pour ça. Il s'agit de voir elle sera encore là pour combien de temps et que vaut-elle dans le grand paysage de toutes les sources d'information sur l'ensemble des supports », demande-t-il.

Le professeur remet aussi en question la rentabilité du modèle sur support numérique, soulignant que La Presse+ demeure déficitaire.

J'ai souvent l'impression que la plateforme de La Presse+ s'apparente à la C Series de Bombardier : des modèles extraordinaires, super performants, mais personne ne s'y intéresse.

Pierre C. Bélanger, professeur de communication, Université d'Ottawa

Chargement en cours