•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mathieu Fleury s'oppose à un immeube de l'Armée du Salut à Vanier

Les matins d'ici

Avec Philippe Marcoux

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Mathieu Fleury s'oppose à un immeube de l'Armée du Salut à Vanier

Rattrapage du lundi 13 janvier 2020
Façade d'édifice où on peut voir le logo de l'Armée du Salut.

Les locaux de l'Armée du Salut, sur la rue Georges, à Ottawa

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

C'est aujourd'hui que débutent les audiences à l'Hôtel de Ville d'Ottawa dans le dossier du refuge de l'Armée du Salut à Vanier. Philippe Marcoux discute avec le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, qui s'oppose à ce projet.

L’avocat de l’organisme SOS Vanier opposé au projet tentera de convaincre le Tribunal d’appel de l’aménagement local (TAAL) de l’Ontario que l’implantation d’un refuge de l’Armée du Salut dans le quartier est inappropriée

En tout, il y aura 15 jours d’audiences avec une quinzaine de témoins.

En novembre 2017, le conseil municipal a donné son feu vert au changement de zonage qui permettra à l’Armée du Salut d’ériger un refuge de 350 lits sur le site du 333, chemin de Montréal, dans le secteur Vanier.

L’Armée du Salut estime que la construction de l’immeuble de plus de 100 000 pieds carrés pourrait débuter dans deux ans pour s’achever en 2021 ou 2022.

Mathieu Fleury, en entrevue à l'extérieur.

Mathieu Fleury considère qu'un refuge n'est qu'une solution temporaire et que ce modèle ne fonctionne pas.

Photo : Radio-Canada

Mathieu Fleury affirme que ces audiences pourraient renverser la situation et empêcher le changement zonage. Ce serait une belle victoire pour la communauté et aussi pour l'ensemble des partenaires au niveau du logement qui se sentent, depuis de nombreuses années, en position très difficile avec cette agence-là qui a un historique et les besoins actuels qui sont criants souligne-t-il.

Mais pourquoi s'opposé à un tel développement? On a une crise du logement à Ottawa et dans l'ensemble de la région affirme Mathieu Fleury.

Un projet comme celui-là ne loge pas les gens. Ça prend des sous publics pour simplement s'assurer que les jeunes ne couchent pas dans la rue [...] la ville dépense à chaque année 700 millions $ dans les services sociaux ajoute-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !