Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Philippe Marcoux
Audio fil du mardi 7 mai 2019

La marche, l’activité ultime de base

Publié le

Un homme se prépare pour une course à pied en attachant les lacets de son soulier.
Des municipalités offrent des séances d'entraînement extérieures gratuites pendant le Défi Santé.   Photo : iStock

La marche est l'activité physique la plus naturelle à l'être humain, selon le kinésiologue Stéphan Ouimette. Il explique comment cette forme d'exercice change notre corps et donne quelques conseils afin de bien la pratiquer.

Le kinésiologue Stéphan Ouimette affirme qu'en plus d'être accessible à tous, la marche nécessite peu d'équipement et est facilement ajustable à notre âge ou notre état de santé. Il croit qu'elle est le meilleur remède pour l'homme.

Les effets de la marche sur les systèmes cardiovasculaire et pulmonaire ont été très bien démontrés, poursuit-il. L’utilisation répétitive du muscle cardiaque améliore notamment sa capacité de contraction, rendant du même coup son travail plus efficace.

L’augmentation du rythme circulatoire a aussi comme effet d’augmenter l’apport sanguin vers les organes et d'accélérer le processus de guérison et de gestion de la douleur chronique.

La sollicitation du système musculaire de façon soutenue permet quant à elle d'améliorer l'endurance des muscles locomoteurs, prolongeant notre capacité à nous déplacer.

D'un point de vue psychologique, on sait qu'une marche de 30 minutes d'intensité moyenne 5 fois par semaine diminuerait d'environ 47 % l'apparition de la dépression, de 48 % l'anxiété, de 50 % l'alzheimer, et constitue un des meilleurs remèdes contre la fatigue et le stress, soutient Stéphan Ouimette.

Selon lui, l’utilisation de bâtons de marche augmente de 40 % la dépense énergétique en plus d’améliorer la posture et d’alléger le stress sur les articulations. Il est d'avis qu'ils sont essentiels à ceux qui sont atteints de maladies cardiovasculaires, de maladies cérébrales, d’arthrose ou d’ostéoporose.

Chargement en cours