•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les matins d'ici

Avec Philippe Marcoux

En semaine de 5 h 30 à 9 h

« Luandaleaks » ou la descente aux enfers d'un couple multimilliardaire

Rattrapage du mercredi 22 janvier 2020
Carte de l'Afrique

Plus de 2000 langues sont parlées sur le continent africain.

Photo : iStock

Les « LuandaLeaks » est une fuite sans précédent de documents confidentiels qui jettent la lumière sur un gros scandale politico-financier en Angola. C'est le sujet de la chronique Afrique de Blaise Ndala.

Le « LuandaLeaks » est un scandale politico-financier qui se déroule à Luanda, capitale de l’Angola.

Mais le tout concerne un « couple de milliardaires ». D’abord, Isabel Dos Santos, classé parmi les 100 femmes les plus riches au monde par le magazine Forbes.

Son mari est l’homme d’affaires d’origine congolaise, Sinkika Dokolo, fils du banquier Augustin Dokolo. La fortune du couple est estimée à 2 milliards de dollars, mais que des experts en finances situent à 10 milliards.

Le scandale est le fruit d’une enquête coordonnée par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

En tout, 715 000 fichiers confidentiels incluant des emails et des comptes-rendus des réunions de conseils d’administration ont été dévoilés à partir du système d’un cabinet portugais, Fidequity, une société de gestion située au Portugal.

Vêtu d'un veston bleu à motifs blancs, l'auteur écoute l'animatrice.

L'auteur Blaise Ndala

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Le couple est accusé d’avoir détourné des milliards de dollars d’argent public au détriment des sociétés d’État Sonangol, Unitel, Sodiam au moyen de montages financiers sophistiqués incluant des sociétés-écrans disséminés dans 41 pays.

Évidemment, les accusés rejettent tout en bloc et dénoncent un complot politique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !