Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du vendredi 16 novembre 2018

Cannabis NB satisfait de son premier mois d’activités, malgré les « défis »

Publié le

Une queue devant une succursale de Cannabis NB à Moncton.
Une longue file de clients s'étirait devant une succursale de Cannabis NB avant l'ouverture du magasin, mercredi matin.   Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

La nouvelle société d'État qui gère la vente de cannabis à usage récréatif au Nouveau-Brunswick depuis sa légalisation le 17 octobre dernier fait un bilan somme toute positif de son premier mois, même si, à un certain moment, elle a dû fermer la moitié de ses magasins, faute de stock.

Les problèmes d’approvisionnement étaient loin d’être uniques au Nouveau-Brunswick, rappelle une porte-parole de Cannabis NB, Marie-Andrée Bolduc.

Cela, on le voit partout au Canada, alors il fallait s’y attendre dans une toute nouvelle industrie.

Les magasins de Cannabis NB ont tous rouvert depuis, précise-t-elle, mais n’offrent pas toute la gamme de produits compris dans le catalogue de la société.

On n’a pas encore tous ces produits-là, mais on travaille de près avec les producteurs pour voir comment on peut [bâtir] l’inventaire dans les magasins autant que possible. 

Marie-Andrée Bolduc en entrevue devant une boutique de Cannabis NB.
Maie-Andrée Bolduc, porte-parole de Cannabis NB Photo : Radio-Canada

Les magasins n’ont pas atteint leur rythme de croisière, dit-elle, parce que l’industrie est naissante et qu’il y a des ajustements à faire autant dans la production que dans l’empaquetage, dans la distribution et dans la vente.

Trop tôt pour parler des tendances de l'industrie

Pour cette raison, elle n’est pas en mesure de parler de tendances concernant les ventes de cannabis, la popularité de certains produits par rapport à d’autres, ni les ventes en ligne par rapport à celles en magasin.

En dépit des fermetures, des difficultés d’approvisionnement et de la non-disponibilité de certains produits, on a eu du très bon feedback de la plupart des clients, assure Mme Bolduc.

Certains sont incommodés par le suremballage des produits, une conséquence des exigences réglementaires de Santé Canada, dit-elle.

On regarde à faire quelque chose en termes de recyclage pour l’emballage. 

En ce qui concerne les employés touchés par des fermetures de magasins, Cannabis NB leur a payé les heures de travail déjà inscrites à leur horaire, précise-t-elle. Ils ont pu en profiter pour parfaire leur formation et apprendre à mieux connaître les produits qu’ils proposent à la clientèle.

Chargement en cours