Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mardi 13 novembre 2018

Une « témoin silencieuse » de la violence conjugale dans la Péninsule acadienne

Publié le

Exposition d'une douzaine de silhouettes en bois portant le nom de victimes.
Les silhouettes de femmes tuées par leur conjoint deviennent des «témoins silencieuses» de la violence conjugale (archives).   Photo : CBC/Meagan Fiddler

La 33e silhouette d'une victime de violence conjugale au Nouveau-Brunswick sera dévoilée à Tracadie, mardi soir, dans le cadre de la campagne des « témoins silencieuses ».

L'événement organisé par la table de concertation pour contrer la violence conjugale et familiale dans la Péninsule acadienne aura lieu au centre récréatif de Haut-Sheila à 19 h.

Le projet des témoins silencieuses au Nouveau-Brunswick est une exposition itinérante de silhouettes en bois grandeur nature peintes en rouge. Chacune des silhouettes représente une femme victime d’homicide perpétré par un mari, un conjoint de fait ou encore un petit ami ou une connaissance intime de la victime, explique Patrice Ferron, agent de programmes communautaires et président de la table de concertation.

L’objectif de la table de concertation est d’enrayer la violence conjugale, tout d’abord en sensibilisant les gens à ce fléau.

Nous, on veut à travers ça sensibiliser les gens, faire comprendre que c’est encore dans la société, les femmes qui se font tuer par leur mari ou encore qui se font violenter, souligne M. Ferron.

Les victimes de violence conjugale dans la Péninsule acadienne peuvent obtenir de l’aide en communiquant avec les services policiers, l’Accueil Sainte-Famille à Tracadie, la table de concertation ou d’autres services d’aide, ajoute Patrice Ferron.

Le Nouveau-Brunswick a modifié ses lois ces dernières années pour que les victimes puissent demander l’occupation exclusive du domicile et la garde des enfants, et pour qu’elles obtiennent quelques jours de congé de leur emploi le temps de chercher de l’aide.

Ce sont toutes des choses qui font que la cause avance. Le Nouveau-Brunswick, on est vraiment avant-gardiste de ce côté-là, conclut Patrice Ferron.

Chargement en cours