Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mercredi 12 septembre 2018

Manifestation à Saint-Quentin pour la préservation des services de santé

Publié le

Une pancarte où il est écrit Sauvons les soins et les services de notre hôpital, devant l'hôpital de Saint-Quentin.
Les résidents de la région Restigouche Ouest, dans le nord du Nouveau-Brunswick, appréhendent la fermeture de l'hôpital régional, à Saint-Quentin.   Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Deux organismes organisent une grande manifestation, mercredi matin, à Saint-Quentin, dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, pour réclamer le maintien des services à l'hôpital Hôtel-Dieu Saint-Joseph de la localité.

Des résidents de la région soupçonnent le Réseau de santé Vitalité de préparer des coupes à l’hôpital même si les gestionnaires de la santé parlent plutôt de réaménagements provoqués par la difficulté de recruter des professionnels de la santé.

Un porte-parole des organisateurs de la manifestation, Jeannot Martin, se dit convaincu que des coupes sont à prévoir.

Peu importe le parti qui était au pouvoir, on s’est fait couper, affirme-t-il.

Nous demandons le retour des services que nous avons perdus

Nous demandons le retour des services que nous avons perdus, lance Joanne Fortin, présidente du Comité permanent de la santé de la ville de Saint-Quentin. Nous voulons l'assurance du maintien des services dans le futur et une meilleur gestion de notre hôpital.

Elle donne en exemple le service de laboratoire, qui n'est ouvert que durant les jours de semaine. Les soirs de semaine et les fins de semaine, les échantillons sanguins doivent être envoyés à Edmundston par taxi, dit-elle.

Les résidents de Saint-Quentin et de la région du Restigouche-Ouest, la qualité de nos services est différente de ceux des grands centres.

Joanne Fortin, présidente du Comité permanent de la santé de la ville de Saint-Quentin
Joanne Fortin en entrevue lors d'une manifestation à Saint-Quentin pour de meilleurs soins de santé.
Joanne Fortin, présidente du Comité permanent de la santé de la ville de Saint-Quentin, demande de meilleurs services en santé dans la région du Restigouche-Ouest, au Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada

On veut un hôpital où on a du service, où on peut être soigné, où on n'est pas obligé de faire 1h30 de route pour avoir un petit quelque chose, lance une manifestante, Simone Tardif. Là on a rien.

Sauvons notre hôpital! Laissez-le tranquille!

Simone Tardif, manifestante
Simone Tardif avec une pancarte « Protégeons les services »
Simone Tardif demande que les promesses des politiciens aillent au-delà des élections. Photo : Radio-Canada

L’ancien gouvernement progressiste-conservateur de Bernard Lord avait voulu transformer l’hôpital de Saint-Quentin en centre de santé communautaire, dans les années 2000, avant de changer d’idée. Sous le gouvernement sortant de Brian Gallant, le Réseau Vitalité avait annoncé l’abandon des services de chimiothérapie à l’hôpital de Saint-Quentin avant d’être forcé de reculer lui aussi.

Brian Gallant a déclaré sans détour qu’il ne fermera pas de petits hôpitaux ruraux si son équipe obtient un deuxième mandat au pouvoir. Au cours de la campagne, il a même évoqué l’ajout de services dans ces hôpitaux pour désengorger les hôpitaux des plus grands centres.

Brian Gallant fait une annonce devant l'hôpital de Fredericton.
Les libéraux de Brian Gallant se sont engagés à maintenir ouverts les petits hôpitaux au Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada/René Godin

Les politiciens disent “on ne fermera pas d’hôpitaux”. Mais un hôpital sans services, c’est comme une maison pas de meubles et pas d’habitants, ça sert à quoi?, lance Jeannot Martin.

Il doute que les promesses des partis, celle de désengorger les urgences ou d’embaucher plus de paramédicaux, par exemple, puissent solutionner un problème fondamental : la pénurie de personnel.

Ces gens-là, on va les prendre où? Il y a déjà un manque flagrant de personnel!

Jeannot Martin, porte-parole du Comité permanent sur la santé et du Comité d'action citoyenne de Restigouche Ouest

La manifestation a lieu à compter de 11 h mercredi et doit durer jusqu’en fin d’après-midi.

Des manifestants sur le bord de la route.
Plus de 100 personnes étaient présentes à la manifestation à Saint-Quentin mercredi. Photo : Radio-Canada

Les organisateurs demandent aux partis politique de se positionner clairement au sujet de l’avenir des soins de santé dans la région.

On veut des engagements clairs. On a demandé des engagements clairs et on ne les a pas eus, sauf d’un parti politique, conclut Jeannot Martin.

Chargement en cours