Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mardi 12 décembre 2017

La montée de la dépendance aux opioïdes vue du Nouveau-Brunswick

Publié le

Une dose de fentanyl.
Le fentanyl est administré par voie intranasale.   Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Dix-sept personnes sont mortes d'une surdose aux opioïdes au Nouveau-Brunswick durant la première moitié de l'année 2017. Cette donnée décourage le médecin Frank Lord, qui met un bémol sur cette problématique.

Le Dr Frank Lord du Centre de traitement des dépendances du Nouveau-Brunswick souligne que la problématique des opioïdes n'est pas récente. Elle évolue depuis environ 25 à 30 ans.

« Il y a eu une phase en médecine où l'on a pensé que c’était bien de réduire la douleur au maximum. Sauf que le cerveau ne fonctionne pas comme ça. On a pensé qu’il y a des [médicaments] qui étaient assez sécuritaires et avec 30 ans de recul, on s'aperçoit que ce n’était pas le cas », explique-t-il.

Qu'est-ce que les opioïdes?

Les opioïdes sont des médicaments aux propriétés analgésiques utilisés principalement pour soulager la douleur. Les opioïdes peuvent également provoquer une sensation d'euphorie (un « high »), ce qui les rend davantage susceptibles d'être utilisés de façon inappropriée.

Les médicaments opioïdes peuvent être prescrits sous différentes formes : codéine, fentanyl, morphine, oxycodone, hydromorphone et héroïne thérapeutique.

Source : Gouvernement du Canada

Selon le Dr docteur Frank Lord, tout le monde peut développer une dépendance à ces médicaments.

« Les gens souvent vont penser que ça ne leur arrivera pas, mais ils négligent le fait qu’une fois que la molécule est dans le cerveau, le cerveau change. Plus il y a d’expositions, plus il y a de changements », précise-t-il.

Après 30 ans où il était de mise, de traiter agressivement la douleur, le médecin affirme qu’il faut réduire l'utilisation de ces médicaments en temps, en quantité et en intensité.

Il peut être acceptable d’avoir une certaine quantité de douleur pour réduire le risque de créer une dépendance aux opioïdes.

Dr Frank Lord

Une crise des opioïdes?

Le médecin hésite à parler d’une crise des opioïdes parce qu’à son avis, il s’agit d’un phénomène qui évolue de façon progressive depuis des décennies.

« On parle beaucoup des opioïdes dans les médias. Il faut quand même comprendre que le tabagisme est en soi la drogue qui va tuer le plus. À elle seule, elle tue plus que toutes les autres drogues », dit-il.

Les problèmes d’alcool sont également de loin supérieurs aux opioïdes, d'après l'expert.

« On parle des opioïdes à cause de la situation dramatique où l'on retrouve des gens qui meurent avec une aiguille dans le bras. »

Chargement en cours