Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mardi 11 juin 2019

Paulette Sonier Rioux remporte un prix pour son engagement communautaire en Acadie

Publié le

Paulette Sonier Rioux pose devant un plan d'eau et le drapeau acadien.
Paulette Sonier Rioux recevra le prix A.-M. Sormany de la Société de l'Acadie du N.-B., en fin de semaine, pour sa contribution au développement de l'Acadie du Nouveau-Brunswick.   Photo : Facebook/Paulette Sonier Rioux

La Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick va remettre à Paulette Sonier Rioux le prix Albert‑M.‑Sormany pour souligner sa contribution au développement de l'Acadie.

Je veux essayer d’être humble dans cet hommage qu’on me rend en disant qu’il y a beaucoup d’autres femmes qui ont travaillé à ce qu’on atteigne certains succès. On n’a pas terminé, on continue toujours, affirme Mme Sonier Rioux.

Le prix lui sera remis pour ses 50 ans d’engagement communautaire. Elle s’est notamment dévouée pour la cause des femmes en oeuvrant avec l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne, la Coalition pour l’équité salariale, le Conseil des femmes du Nouveau-Brunswick et le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick.

Au cours de mes cinq années en Afrique, j’ai été beaucoup préoccupée et touchée par la condition de vie des femmes là-bas, en particulier au Tchad. Quand je suis rentrée au pays, en 1970, je suis tout de suite embarquée dans des causes, j’avais le goût de m’impliquer. J’étais une jeune maman à l’époque, avec deux filles, mais ça ne m’a jamais empêché de faire ce que je voulais faire. Au contraire, ça me motivait parce que je me disais qu’il fallait construire des ponts, il faut faire des choses pour amener nos filles, nos enfants à avoir une meilleure condition de vie, explique Paulette Sonier Rioux.

Elle a aussi appuyé la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, le Réseau de santé Vitalité et les Jeux de l’Acadie, entre autres.

Après toutes ces années consacrées à l’engagement communautaire, son intérêt pour la cause féministe et la francophonie canadienne est toujours vif.

Après 50 ans, je dois dire qu’il y a des dossiers qui avancent très lentement, je pense à l’équité salariale. [...] C’est encore un dossier sur lequel je me penche régulièrement, dit-elle.

La cause de la francophonie, c’était le sujet de tous les jours à la maison. Et puis ça continue, ça n’a pas cessé.

Paulette Sonier Rioux

Les femmes ont encore beaucoup à faire pour prendre leur place dans la société, estime Mme Sonier Rioux.

C’est sûr que ça ne va pas assez vite parce que si on regarde les femmes qui siègent aux conseils d’administration au niveau national, si on regarde en politique, le nombre de femmes qui se présentent d’une part et ensuite qui sont élues, ça aussi on est loin d’avoir atteint le chiffre qu’on espérait, c’est-à-dire la moitié au moins, souligne-t-elle.

Faire du bénévolat est un défi constant de nos jours, reconnaît Mme Sonier Rioux.

La société change. Les jeunes femmes d’aujourd’hui ou les moins jeunes ont des obligations qui font que leurs activités quotidiennes sont vraiment axées sur le travail et la famille alors que nous, à l’époque, c’était la famille évidemment et le travail. On avait beaucoup plus de temps libre, on était moins occupés avec nos carrières, explique-t-elle.

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick lui remettra son prix lors d’une soirée organisée dans le cadre de l’assemblée annuelle de l’organisme, vendredi, à Fredericton.

Chargement en cours