Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mercredi 24 avril 2019

Soins de santé : un comité note des améliorations à Saint-Quentin

Publié le

L'enseigne de l'hôpital
Le Comité d'action citoyenne du Restigouche Ouest réclame toujours une gestion plus locale de l'hôpital de Saint-Quentin.   Photo : Radio-Canada

Le Comité d'action citoyenne du Restigouche Ouest se réjouit de certains progrès en matière de soins de santé dans la région de Saint-Quentin, mais ses réclamations ne sont pas encore toutes satisfaites.

Le groupe a eu une réunion avec le ministre de la Santé, Ted Flemming, en décembre. Les choses ont bien évolué depuis ce moment, estime le porte-parole du Comité d'action citoyenne, Jeannot Martin.

Ç'a évolué et de beaucoup. Il y a même un poste d’infirmière praticienne affiché maintenant sur le site de Vitalité pour la région de Saint-Quentin. On a entendu beaucoup de modifications au niveau du temps donné aux infirmiers et infirmières de la région, même convertir leur poste à plein temps. C’est [quelque chose] qu’on demandait depuis longtemps, affirme d’emblée M. Martin.

Jeannot Martin souligne aussi des travaux de rénovation à l’hôpital Hôtel-Dieu Saint-Joseph, à Saint-Quentin, et une meilleure réception aux demandes des médecins de la région.

Qu’on écoute nos médecins, ça, c’est très important. Nos médecins ont demandé de l’aide depuis cinq ans, six ans, et ils ne se faisaient pas écouter. Là, ça commence à entrer, indique M. Martin.

Le groupe attend encore une réponse à sa demande pour une gestion plus locale de l’hôpital.

Avant, ça se faisait comme ça, et on n’avait pas de problème. Jusqu’en 2015, ça été relativement bien. En 2015, il y a eu un changement, une nomination d’un nouveau PDG, une centralisation qui a été extrême et qui nous a fait extrêmement mal dans les hôpitaux en région rurale. C’est ce qu’on vit. Et là, on semble avoir eu une oreille qui nous a compris sur nos besoins. La solution permanente est d’obtenir la gestion de notre hôpital, explique Jeannot Martin.

Chargement en cours