Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du lundi 25 mars 2019

Saison des sucres 2019 : un bon départ après une saison désastreuse

Publié le

Deux arbres avec des tubes bleus et beaucoup de neige autour.
La récolte de l'eau d'érable commence dans le nord du Nouveau-Brunswick (archives).   Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Les conditions météorologiques ces jours-ci font espérer aux propriétaires d'érablières au Nouveau-Brunswick une meilleure saison que celle de 2018.

L'érablière Sylvacer, dans le Restigouche, s'attend à un bon début de saison, selon son propriétaire, Éric Caron, qui est aussi président de l'Association acéricole du Nouveau-Brunswick.

Nous, on bout notre première journée aujourd’hui avec l’eau qu’on a ramassée à la fin de la semaine passée. Officiellement, la saison va commencer mercredi. On devrait avoir un bon début de saison. Si on peut diviser ça en quarts, le premier quart [à l’air] bien, et pour le reste on va devoir attendre dame météo parce qu’on ne peut jamais prédire ce qu’elle va nous offrir durant le mois d’avril, explique Éric Caron.

Un homme fait bouillir de l'eau d'érable pour lui donner la consistance du sirop.
La valeur brute des produits de l'érable au Nouveau-Brunswick s'élevait à 22 003 000 $ en 2017, selon Statistique Canada. Photo : iStock

Les conditions idéales, précise-t-il, seraient du gel à environ - 5 degrés Celsius durant la nuit, et du temps doux à environ 5 degrés Celsius durant le jour.

Je dirais que la qualité, ce sont les chaleurs qu’on ne veut pas avoir trop vite. C’est vraiment ça qui va décider de la qualité de notre produit. Si on peut avoir des conditions à - 5 et + 5 pendant trois à quatre semaines, ce serait idéal, mais on a toujours des épisodes trop froids ou trop chauds entre ça, affirme Éric Caron.

La production commence bien aussi à la Sucrerie Chiasson à Paquetville, selon son propriétaire, Marc Chiasson.

Nous autres, on a commencé lundi passé et on a fait trois barils. Vendredi, on a fait quatre barils. Hier, ç'a vraiment bien coulé pour nous autres. C’était vraiment une bonne journée hier. On devrait en faire 10 ou 11 aujourd’hui, estime Marc Chiasson.

Espoir d’une meilleure saison

La saison des sucres en 2018 a commencé tardivement et la récolte a été courte. C'était la pire saison des dix dernières années. L’industrie provinciale souhaite de meilleures conditions ce printemps.

On espère d’avoir une très bonne année, parce que l’année passée ç’a été désastreux. On a fait des ventes d’environ 13,5 millions versus plus de 20 millions. On a eu une baisse d’environ 35 % des ventes en 2018 versus 2017, en plus qu’on a eu une croissance au niveau des entailles. Probablement qu’on a perdu comme 45 % des revenus, affirme Éric Caron.

Il y a eu deux semaines de grand froid le printemps dernier durant lesquelles la sève ne coulait pas dans les érables, rappelle-t-il.

Mais il faudra plus de temps aux producteurs pour se remettre de cette mauvaise saison, ajoute Marc Chiasson. Ça ne se rattrape pas dans un an, souligne-t-il.

Chargement en cours