Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du jeudi 21 mars 2019

Élimination de la plaque d'immatriculation avant : déception chez les policiers

Publié le

Ernie Boudreau en entrevue dans son bureau
La décision du gouvernement d'éliminer la plaque d'immatriculation avant des véhicules déçoit le chef du Service de police de Bathurst, Ernie Boudreau.   Photo : Radio-Canada

Le chef du service policier de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, accepte à contrecœur l'abandon de la plaque d'immatriculation avant, annoncé dans le budget provincial.

Le gouvernement de Blaine Higgs a tenu une promesse électorale en annonçant que cette mesure entrera en vigueur dès le mois d'avril.

Le service policier de Bathurst avait été consulté au préalable par le ministère de la Sécurité publique, souligne le chef Ernie Boudreau.

Notre position, depuis plusieurs années, n’a pas changé : nous pensons, comme membres de l’Association des chefs de police du Nouveau-Brunswick, ainsi que comme chef de police de Bathurst, que deux plaques c’est mieux pour l’identification rapide des véhicules. C’est un outil de plus des policiers, pour assurer leur sécurité, affirme Ernie Boudreau.

Deux plaques rendent l’identification rapide.

Ernie Boudreau, chef du Service de police de Bathurst

Le Nouveau-Brunswick est la dernière province en Atlantique où la plaque avant est toujours utilisée.

Ça aide par exemple [en cas de] véhicules qui dépassent un autobus scolaire, les policiers qui arrêtent des véhicules la nuit, quand on cherche des véhicules après un délit de fuite [...] donc il y a plusieurs situations où les deux plaques sont utiles, affirme Ernie Boudreau.

Mais il se résigne au changement.

Nous allons nous ajuster. Il y a bien des changements dans le domaine de la police, pas juste la plaque d’en avant [...]. Les patrouilleurs vont continuer à donner le meilleur service possible aux gens de la ville de Bathurst [...], dit-il.

Les patrouilleurs ont déjà l’habitude de ne voir qu’une plaque sur les véhicules d’autres provinces qui circulent au Nouveau-Brunswick. Ils vont ajuster leurs tactiques d’intervention pour faire respecter la Loi sur les véhicules à moteur.

Au cours de mes 35 ans d’expérience policière, j’ai personnellement arrêté plusieurs véhicules, des antiquités, des véhicules de spécialité, des véhicules de sport, où les conducteurs de ces véhicules-là nous ont dit : “Écoutez, c’est dur de mettre la plaque en avant sur plusieurs véhicules”, et c’est vrai, explique Ernie Boudreau.

Le chef policier reconnaît toutefois que des gens approuvent sans doute la décision du gouvernement.

Chargement en cours