Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du lundi 21 janvier 2019

Regroupement municipal du Bas-Madawaska : le comité demande l’appui du public

Publié le

Dans un parc, l'enseigne à l'effigie du village de Sainte-Anne-de-Madawaska sur laquelle on peut lire : Incorporé le 9 novembre 1966. Le slogan du village : « La richesse de nos labeurs porte ses fruits ».
Le projet de nouvelle communauté rurale est toujours à l'état embryonnaire, mais il fait son chemin dans la région.   Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Deux réunions publiques sont organisées dans le Bas-Madawaska, au Nouveau-Brunswick, afin de déterminer si la population est prête à faire une étude de faisabilité d'un possible regroupement municipal.

Un texte de Pierre Philippe LeBlanc

La première réunion est prévue pour mercredi à 19 h dans la petite école de Rivière-Verte, et la seconde pour lundi prochain à la même heure dans l’édifice municipal de Sainte-Anne-de-Madawaska, indique Normand Thériault, président du comité d'étude du regroupement dans le Bas-Madawaska. La réunion à Sainte-Anne-de-Madawaska devait avoir lieu ce lundi, mais elle a été reportée au 28 janvier à cause de la tempête.

Ce sont des occasions pour la population de s’informer et de passer ou non à l’étape suivante du projet.

C’est très important parce que nous autres, on veut avoir de la population qu’elle nous autorise à faire l’étude de faisabilité. Si on ne peut pas faire d’étude de faisabilité, ça veut dire qu’on ne parle plus de regroupement, explique Normand Thériault.

L’étude de faisabilité donnerait aux gens beaucoup plus de renseignements sur les avantages et désavantages du possible regroupement, souligne-t-il.

Le projet comprend un regroupement des villages de Rivière-Verte et Sainte-Anne-de-Madawaska et de districts de services locaux environnants. Il s’inspire d’autres projets du genre menés dans le nord-ouest de la province.

Quand on regarde ce qui s’est passé dans le Haut-Madawaska, ça s’est bien déroulé. Alors, ça va bien à l’heure actuelle. On a regardé aussi la Communauté rurale de Saint-André, qui va très bien aussi. On est peut-être rendu à l’étape qu’il faut faire quelque chose nous autres aussi, affirme Normand Thériault.

Les avantages qu’ils ont à l’heure actuelle, c’est qu’ils ont plus de population. Alors la taxe sur l’essence qui était pour les DSL va à la Communauté rurale. Dans le passé, elle n’y allait pas. Cet argent-là ne venait pas dans leur région. Nous autres, ça peut être la même chose. C’est une chose parmi d’autres, ajoute M. Thériault.

Si les participants aux réunions publiques donnent leur accord, dit-il, un consultant sera embauché pour faire l’étude de faisabilité.

Chargement en cours