Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Michel Doucet
Audio fil du mardi 15 janvier 2019

Un chef cuisinier acadien aspire à remporter le Bocuse d’Or

Publié le

Gene Cormier, chef cuisinier, en entrevue à l'émission Le Réveil Nouveau-Brunswick de Radio-Canada.
Gene Cormier participera au Bocuse d'Or Canada à la fin février, à Toronto.   Photo : Radio-Canada / Stephan Bénard

Après avoir roulé sa bosse dans des restaurants aux quatre coins du monde, Gene Cormier, originaire de Dieppe, au Nouveau-Brunswick, est revenu au bercail le printemps dernier pour fonder une famille. Il aspire maintenant à représenter le Canada au Bocuse d'Or, qui couronne tous les deux ans les plus grands chefs cuisiniers du monde.

Sitôt son diplôme de l’école Mathieu-Martin de Dieppe en poche, Gene Cormier a fait des études en art culinaire avant de lever les voiles pour exercer sa passion dans de grandes villes de par le monde : New York, Singapour, Shanghai, Miami, Doha, avant son retour dans la région de Moncton en avril dernier.

Depuis l’automne, il travaille au sein d’une organisation sans but lucratif, Apprenti en action, qui cherche à développer les talents culinaires dans les écoles du District scolaire francophone Sud, au Nouveau-Brunswick.

Il est revenu aux fondements de son métier, mais trouve tout de même son travail valorisant.

Les enfants sont en train de corriger les parents pour des choses de nourriture, puis on entend des choses comme ça donc ça nous fait vraiment chaud au coeur. 

Un concours prestigieux

Il conserve toutefois de grandes aspirations. Le 26 février, il participera, avec trois autres finalistes, à Toronto, au Bocuse d’Or Canada lors duquel sera choisi le représentant du Canada à la grande finale du Bocuse d’Or, en 2021, à Lyon, où le célèbre chef cuisinier Paul Bocuse a forgé sa réputation internationale.

Il doit d’abord traverser l’épreuve du Bocuse d’Or Canada. Vous avez deux heures à apprêter sept plats, il y a une protéine principale et tu dois faire trois accompagnements. Tous les produits doivent être bruts; tu dois faire la transformation culinaire devant les juges pour montrer ton savoir-faire. 

De précieux conseils

Il est confiant de l’emporter, se sachant entouré d’une équipe et d’amis qui lui prodiguent leurs conseils, dont un médaillé d’argent du Bocuse d’Or avec qui il a travaillé à Singapour.

Il a aussi un atout que tous ne possèdent peut-être pas au même degré. « Pour moi, j’ai encore la passion et le plaisir de faire ce métier. »

De remporter le Bocuse d’Or Canada serait déjà une consécration en soi, dit-il.

Il y a des compétitions culinaires au Canada qui sont plus connues que le Bocuse d’or, mais en termes d’histoire, c’est plus prestigieux.

Gene Cormier

Qu’il remporte ce concours ou non, les gens de son coin de pays pourront profiter de ses talents culinaires au nouveau restaurant qu’il compte ouvrir en mai au centre-ville de Moncton, le Euston Park. Un resto patio original, qui sera aménagé dans des conteneurs et où les mets seront un condensé des connaissances qu’il a acquises partout où il est passé dans le monde.

Chargement en cours