•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ornithologie: les Troglodytes, d'infatigables chanteurs

Écoutez l'Estrie

Avec Réjean Blais

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Ornithologie: les Troglodytes, d'infatigables chanteurs

Rattrapage du mardi 14 juillet 2020
Le Troglodyte des marais

Le Troglodyte des marais

Photo : Radio-Canada

Connaissez-vous les Troglodytes? Ils sont minuscules, plus petits que les bruants et les parulines et sont difficiles à observer parce qu'ils se cachent dans les broussailles. Bernard Jolicoeur nous fait découvrir cet oiseau qui possède un chant très fort malgré sa petite taille.

Le Troglodyte appartient à la famille des Troglodytidés, de petits passereaux insectivores au plumage habituellement brun. Il a généralement un corps trapu, une queue souvent dressée et un chant puissant. Cette famille compte 75 espèces. Il y a quatre espèces communes de ces oiseaux en Estrie. Les Troglodytes aménagent leur nid dans des cavités.

Voici le portrait des espèces communes en Estrie.

Troglodyte familier

  • Plumage terne
  • Dans nos jardins
  • Construit plusieurs nids, remplit les nichoirs de brindilles grossières jusqu’au plafond
  • Niche dans des endroits inusités, vieux tuyau, boîte à lettres, vieux soulier
  • Très agressif sur son territoire, évince même d’autres espèces

Troglodyte de Caroline

  • Associé aux changements climatiques
  • S’installe progressivement en Estrie
  • Non migrateur donc fragile vs hivers rigoureux
  • Chant incroyablement fort pour un si petit oiseau
  • Gros sourcil blanc distinctif
  • Assez agressif dans le jardin et aux mangeoires
  • Niche aussi dans des endroits bizarres, boîte électrique, machinerie agricole, etc.

Troglodyte des forêts

  • Minuscule, gros comme une balle de golf
  • Très difficile à voir mais chant incroyable pour un si petit oiseau, durée de 5 à 10 secondes sans interruption
  • Forêt coniférienne humide

Troglodyte des marais

  • Vedette du Marais Réal D. Carbonneau
  • Partout dans le marais, chante très fort et sans cesse parfois même la nuit
  • Le mâle arrive 10 jours avant la femelle et construit plusieurs nids en tressant des feuilles de quenouilles, nid ovale format pamplemousse.
  • La femelle en choisira un seul, les deux conjoints le tapissent de duvet de quenouilles et de plumes.
  • La femelle pond, le mâle s’en va dans un autre coin de son territoire

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi