•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoutez l'Estrie

Cette émission n'est plus à l'antenne

Coronavirus : le sort des célibataires

Rattrapage du mardi 2 juin 2020
Lucie Courval dans son jardin.

Lucie Courval cherche l'amour au temps de la pandémie de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Les temps sont difficiles pour les célibataires en cette période de pandémie, alors que la distanciation physique fait partie des mesures préconisées par la santé publique.

Pendant que certains disent respecter les règles sanitaires, pour d'autres les conversations doivent aller au-delà de la rencontre virtuelle. C’est le cas pour Lucie Courval.

Si je rencontrais un homme qui me plaît, on se parle au téléphone, on se rend compte qu’on a des affinités, on a le goût de se connaître, je vais aller le rencontrer, explique sans détour celle qui est célibataire depuis plusieurs années.

Il n’y a pas un gouvernement qui va venir me dire quoi faire dans ma chambre à coucher.

Lucie Courval

Le site Tinder, géant mondial des rencontres sur le web, a vu le nombre de conversations de ses usagers augmenter de 19 % au Canada pendant la pandémie de COVID-19. Des conversations qui seraient également 15 % plus longues.

Du côté d'Agri Rencontre, un site de rencontre pour les agriculteurs et les célibataires aimant la campagne, au début de la pandémie, ils ont observé une diminution marquée de la fréquentation du site. Selon les journées, la baisse variait de 20 à 35 %.

Toutefois, depuis que le déconfinement graduel a commencé, le nombre d’utilisateurs est en hausse de 5 à 15 % quotidiennement sur le site.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi