Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yves Larouche
Audio fil du lundi 26 novembre 2018

Yves-François Blanchet explique pourquoi il veut être chef du Bloc québécois

Publié le

Yves-François Blanchet dans le Parlement à Ottawa devant deux collègues, notamment Gabriel Ste-Marie
Yves-François Blanchet, lors du point de presse annonçant sa candidature à la course à la chefferie du Bloc québécois, lundi à Ottawa   Photo : Radio-Canada

Porté par la réaction du public, des militants et des élus du Bloc québécois, Yves-François Blanchet a décidé de replonger en politique, cette fois sur la scène fédérale. Le commentateur politique et ancien député au Centre-du-Québec se lance à la course à la direction du Bloc québécois (BQ).

Promouvoir les intérêts du Québec à Ottawa ou promouvoir l’indépendance du Québec au Québec, ce n’est pas quelque chose qui est au goût du jour, mais, pour moi, il est impensable qu’on renonce à des idées de cette importance-là, a expliqué Yves-François Blanchet, en entrevue à l’émission 360 PM.

C’est pourquoi, malgré le fait que le parti n’est pas au meilleur de sa forme, il a décidé de convoiter la chefferie. Lundi après-midi, le résident de Shawinigan a fait l’annonce officielle de sa candidature à Ottawa.

Yves-François Blanchet s'est retiré de toutes ses activités publiques la semaine dernière afin de réfléchir à un éventuel retour à la politique.

Depuis, il affirme avoir reçu beaucoup de messages d’encouragements, ce qui a fini par le convaincre de faire le saut. Il dit avoir l’appui de la majorité des députés du Bloc et de plusieurs péquistes.

Et ça, ça joue, tu ne t’en vas pas tout seul. Tu ne t’en vas pas dans un champ désert parce que tu penses que c’est nécessaire de soutenir une idée dans un moment où ça va être un peu difficile, explique l’homme originaire de Drummondville.

Ce sera toujours intéressant pour les gens du Québec de voter pour un candidat du Bloc québécois parce que ces gens-là, à Ottawa, lorsqu’il y a un dépôt de projet de loi ou il y a un vote à faire, ils vont toujours voter pour l’intérêt du Québec, tout le temps, ils n’ont pas d’intérêt torontois, ils n’ont pas d’intérêt de Colombie-Britannique les gens du Bloc québécois.

Yves-François Blanchet

L’ancien ministre de l’Environnement sous Pauline Marois affirme vouloir rassembler les bloquistes et travailler de concert avec tous les élus.

L'ex-commentateur de l'émission Les ex à Radio-Canada a posé une condition à sa candidature, celle de pouvoir continuer à concilier sa vie personnelle et professionnelle, comme il le fait depuis quelques années.

Je pense qu’au bout d’un certain nombre d’heures dans une semaine, on a fait le tour et on passe à autre chose, sinon la qualité du travail qu’on offre devient moins bonne, donc, pour moi, c’était essentiel de créer une véritable conciliation entre la vie personnelle et la vie professionnelle, dit-il.

Les appuis d'Yves-François Blanchet

L'ensemble du caucus bloquiste l'a invité à tenter l'aventure, mais il aurait l'appui plus formel d'au moins cinq des dix députés bloquistes, dont celui de Bécancour-Nicolet-Saurel, Louis Plamondon.

Je souhaite que le meilleur l'emporte, mais d'après moi le meilleur, c'est lui, a répondu le député Louis Plamondon lorsqu'une journaliste lui a demandé s'il voulait un couronnement à la tête du parti.

Le chef intérimaire Mario Beaulieu de même que les députés Luc Thériault, Monique Pauzé, Gabriel Ste-Marie et Rhéal Fortin ont déjà révélé qu'ils appuieront M. Blanchet, sans attendre de voir quel autre candidat pourrait se présenter.

Les membres du Bloc québécois doivent se choisir un nouveau chef en février prochain. Les candidats ont jusqu'au 15 janvier pour faire connaître leurs intentions.

Avec La Presse canadienne

Parcours politiques d’Yves-François Blanchet

1987-1988 : président régional des jeunes du Parti québécois
1988-1989 : Employé permanent au comité national des jeunes du Parti québécois
2008-2012 : député du Parti québécois dans Drummond en 2008
2102-2014 : député du Parti québécois dans Johnson et ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
2014 : défait par la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Johnson

Source : Assemblée nationale du Québec

Chargement en cours