Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yves Larouche
Audio fil du mercredi 15 août 2018

Hempbassadors, les ambassadeurs du chanvre

Publié le

Grains de chanvre et huile de chanvre au délicat goût de noisette
Grains de chanvre et huile de chanvre au délicat goût de noisette   Photo : iStock

Le chanvre est l'une des premières espèces domestiquées par l'homme, mais aujourd'hui, ses bienfaits semblent peu connus du public. Les Ambassadeurs du chanvre, les « Hempbassadors », se sont donné comme mission de parcourir le Canada en caravane afin de démystifier cette plante, une cousine du cannabis.

De passage à l’émission 360PM, Marie Eisenmann, cofondatrice et directrice des « Hempbassadors », a parlé des bienfaits reliés à son utilisation. « Le chanvre, c’est une plante extraordinaire qui est totalement sous-estimée », explique-t-elle.

« C’est une plante qui a été utile pour les humains depuis le début de l’humanité. Ça pousse localement, ici, de façon écologique et elle est ultra polyvalente. On parle de 25 à 50 000 produits qu’on peut faire avec cette plante. Par exemple, au niveau alimentaire, c’est un super-aliment », ajoute l'ambassadrice.

Notre moyen de transport, c’est un véhicule récréatif qui date de 1978 ! Un Blue Bird Wanderlodge original ! Je dirais qu’on ne passe pas inaperçu avec ça!

Marie Eisenmann, cofondatrice et directrice des « Hempbassadors »

Pour les utilisateurs inquiets de consommer du chanvre, les « Hempbassadors » se font rassurants. « Cette plante se retrouve dans la même famille botanique que le cannabis sativa. La différence énorme qu’il y a entre ces deux plantes, c’est que la marijuana contient du THC, qui donne les effets psychotropes et le chanvre industriel en contient une quantité infime. Au Canada, c’est 0,3%. C’est très réglementé », assure la cofondatrice.

Chargement en cours