•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

360 PM

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Le livre du clown humanitaire Guillaume Vermette devrait paraître en 2020

Rattrapage du lundi 10 août 2020
L'homme barbu sourit à belles dents.

Le clown humanitaire Guillaume Vermette explique qu'il se sent chez lui un peu partout sur la planète.

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Le livre sur lequel travaille le clown humanitaire de Trois-Rivières Guillaume Vermette depuis quelques années devrait paraître en 2020.

Intitulé Un sourire à la fois, le livre portera sur la vie et le travail de celui qui a notamment œuvré dans des camps de réfugiés à travers le monde.

Guillaume Vermette a raconté avoir terminé le manuscrit il y a un peu plus d’un an. J’ai regardé dans mes affaires, c’était le 19 juin 2019, a-t-il souligné au micro de l’émission 360 PM.

La pandémie de COVID-19 a retardé la parution, pilotée par les éditions La galère.

Sa portion du travail pour le livre terminée, le clown humanitaire a passé les derniers mois à offrir ses services dans les CHSLD de la région.

Il a appris à composer avec le masque, un défi particulier dans son métier.

Mon outil de travail, c’est mon sourire, a expliqué Guillaume Vermette. Il faut que je communique avec les gens. Mais on réussit à faire sortir les émotions, peut-être en utilisant plus les yeux et les mouvements. On prend plus le temps.

Le clown humanitaire a aussi récemment fait appel aux gens qui le suivent sur les réseaux sociaux pour amasser de l’argent pour lui permettre de poursuivre son engagement bénévole.

J’haïs toujours ça, demander de l’argent, mais quand on donne beaucoup dans la vie, il faut aussi apprendre à recevoir, a fait valoir le Trifluvien en entrevue à 360 PM. Ça fait 15 ans que je suis clown humanitaire, 5 ans que je le fais de manière bénévole à temps plein, je n’ai presque jamais demandé de sous. Là, je reviens au Québec, j’ai un appartement, ce n’est plus vrai que tout ce que je possède rentre dans mon sac à dos. Si je veux continuer de m’investir autant dans ma mission, j’ai besoin d’aide.

Guillaume Vermette devait être au Liban cet été pour travailler dans les camps de réfugiés syriens. Les événements de la semaine dernière à Beyrouth le portent à croire que les besoins seront encore plus grands.

Celui qui apporte des sourires plein ses valises a hâte de repartir de par le monde pour aider ceux dans le besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi