•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

360 PM

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Le Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy se prépare à la rentrée

Rattrapage du lundi 10 août 2020
Luc Galvani, le directeur général du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy

Luc Galvani, le directeur général du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy

Photo : Radio-Canada

Québec revoit son plan pour l'année scolaire qui débutera dans trois semaines et impose le port du couvre-visage à tous les élèves à partir de la 5e année du primaire. Il sera également requis pour tout le personnel qui fréquente les établissements scolaires.

Le ministre de l'Éducation Jean-François Roberge précise que le masque devra être porté dans les lieux communs, mais que les élèves pourront l'enlever dans la salle de classe.

Le directeur général du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy, Luc Galvani a indiqué à l’émission 360 PM que son équipe et lui attendaient avec impatience les détails de la rentrée scolaire.

C’est clair qu’on avait hâte d’avoir l’actualisation du plan de la rentrée, dit-il. Il n’y a quand même pas eu beaucoup de modifications par rapport à ce qui nous avait été présenté en juin dernier, donc on a bonifié un peu le premier plan de match.

On était contents des mesures annoncées aujourd’hui.

Luc Galvani

Au niveau du port du masque, je n’ai pas beaucoup de surprise, ajoute-t-il. Déjà, il y a deux semaines, les cinq commissions scolaires Mauricie et Centre-du-Québec, on s’était positionnées pour voir avec la santé publique, si malgré tout, c’était une mesure que nous, on pouvait aller de l’avant avec le port du masque obligatoire minimalement au niveau secondaire, question de rassurer les élèves, les parents et le personnel.

Pour ce qui est de la possibilité de renvoyer à la maison dans les 24 h les élèves, si un cas de COVID-19 était déclaré au sein d’une classe, M. Galvani estime que tous devront s’adapter.

Il reste encore du travail à faire. On a quand même vécu trois éclosions dans trois milieux dans notre centre de service durant la réouverture en mai. Ça nous a permis de valider toutes les communications avec la santé publique.

Il assure que si la situation survenait, tout le personnel se dit prêt à faire le maximum pour assurer l’enseignement aux élèves.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi