•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Shawinigan satisfait qu'il y ait enquête au CHSLD Laflèche

360 PM

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Le maire de Shawinigan satisfait qu'il y ait enquête au CHSLD Laflèche

Rattrapage du mercredi 22 avril 2020
Façade d'un CHSLD, en hiver.

Le CHSLD Laflèche de Shawinigan figure parmi les établissements québécois les plus touchés par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, accueille favorablement la mise en place d'une enquête sur les circonstances entourant l'éclosion de la COVID 19 au CHSLD Laflèche dans le secteur Grand-Mère, l'un des établissements les plus touchés au Québec.

La semaine dernière, le maire Angers avait demandé une telle enquête, tout comme la députée de Laviolette-Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif.

Le CHSLD Laflèche a été le théâtre d'une forte éclosion de la COVID-19, où 105 résidents et 76 employés ont été atteints par la maladie. 36 résidents ont perdu la vie.

Michel Angers estime qu'il est essentiel de faire la lumière sur ce qui s'est produit dans ce CHSLD.

L’objectif, ce n’est pas de trouver des coupables; c’est de savoir exactement ce qui s’est passé pour être capables de mieux protéger notre personnel et nos résidents advenant une deuxième vague de la COVID-19 ou une autre pandémie, a-t-il expliqué en entrevue à 360 PM.

Michel Angers dans la salle du conseil municipal, le 9 avril 2019

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, à l'hôtel de ville de Shawinigan

Photo : Radio-Canada

Le maire de Shawinigan souhaite que la lumière soit faite sur tous les plans : distribution du matériel de protection, conditions de travail, communication avec les élus et avec la population, etc.

Il rappelle que la situation ne découle pas simplement de décisions prises à l’établissement même, mais aussi de directives et consignes venant parfois des instances régionales et provinciales.

Il espère que toutes ces sphères vont faire leur propre analyse et examen de conscience une fois la crise sanitaire terminée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi