•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections fédérales 2019 : Alain Rayes « en introspection » sur les résultats des conservateurs au Québec

360 PM

Avec Marie-Claude Julien

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Élections fédérales 2019 : Alain Rayes « en introspection » sur les résultats des conservateurs au Québec

Audio fil du jeudi 7 novembre 2019

Photo : courtosie: Marcel Dubois

Le lieutenant québécois du Parti conservateur du Canada d'Andrew Scheer au Québec, le député d'Arthabaska Alain Rayes, a brisé le silence qu'il occupait depuis le lendemain des élections pour faire part de son analyse des résultats du 21 octobre dernier.

Il y avait un résultat à décanter, des échecs dont nous devions prendre la mesure à certains endroits, a admis Alain Rayes au micro de 360 PM, jeudi.

Celui qui a été en charge du recrutement des candidats conservateurs au Québec dit avoir parlé avec tout le monde depuis la défaite, les gagnants comme les perdants. Il a aussi rencontré le chef conservateur Andrew Scheer la semaine dernière.

C’est clair que je fais une introspection, même personnelle, pour voir ce que je n’ai pas fait ou ce qui aurait manqué, a-t-il souligné. Je peux vous dire une chose : j’ai mis toute mon énergie, tout mon coeur à monter cette équipe-là avec mes confrères et consoeurs. Je souhaitais doubler la députation du Québec. 

Pas que la faute du chef Andrew Scheer

S’il n’a pas voulu tout dire de l’analyse amorcée sur la défaite conservatrice au Québec, le député d’Arthabaska a tout de même avoué que les enjeux sociaux ont fait très mal.

Alain Rayes a aussi évoqué la montée inéluctable du Bloc québécois : on n’a pas été capable de la contrer ou de répondre aux préoccupations des citoyens, a-t-il concédé.

Entourés de députés conservateurs, Andrew Scheer prononce un discours face aux journalistes.

Après une première rencontre des députés et sénateurs conservateurs à Ottawa, le leadership d'Andrew Scheer ne sera pas contesté par son caucus.

Photo : The Canadian Press / Justin Tang

Le lieutenant québécois conservateur a cependant hésité à montrer son chef Andrew Scheer du doigt pour expliquer la défaite. Ce n’est pas nécessairement juste la question du chef. Oui, la barrière de la langue a fait en sorte que ç’a été plus difficile pour de passer le message, mais il y a des choses sur lesquelles je pense qu’on va devoir conquérir le coeur des Québécois.

Le député d’Arthabaska a d’ailleurs rappelé que dans les façons de faire conservatrices, il a toujours été clair que le sort du chef Andrew Scheer serait entre les mains des membres du parti, qui doit tenir son congrès à Toronto en avril.

Des résultats décevants en Mauricie

Alain Rayes était convaincu d’avoir monté une équipe de bons candidats pour les conservateurs en Mauricie, avec l’ex-maire de Trois-Rivières Yves Lévesque pour tête d’affiche. Il était le candidat rêvé pour tous les partis. 

Yves Lévesque au micro.

Le candidat du Parti conservateur du Canada dans Trois-Rivières, Yves Lévesque, comment sa défaite aux élections fédérales, au profit de la candidate bloquiste.

Photo : Radio-Canada / Maude Montembeault

Yves Lévesque a terminé troisième au scrutin du 21 octobre, derrière la bloquiste Louise Charbonneau et la libérale Valérie Renaud Martin. Je ne pense pas qu’il doive prendre ça personnel, a opiné le député Rayes. Il a obtenu un score au-delà de ce que l’on a eu en moyenne au Québec; je pense qu’il nous a tirés vers le haut, mais ça n’a pas été suffisant.

Son rôle au sein du parti : à déterminer

Alain Rayes saura dans les prochaines semaines de quoi sera fait son avenir politique au sein du Parti conservateur. Le chef a été très clair : nous sommes tous en évaluation et c’est lui qui va déterminer les rôles et les responsabilités de chacun avant la prochaine législature.

Les intentions de l’élu centricois sont cependant claires elles aussi. Ce qui me motive à faire de la politique fédérale, c’est de former le prochain gouvernement conservateur, mais avec un caucus fort du Québec. Je ne veux pas, comme on l’a déjà vécu, un gouvernement conservateur avec juste quatre ou cinq députés au Québec.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi