Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-Claude Julien
Audio fil du mardi 22 octobre 2019

Une vague bloquiste qui cause la surprise en Mauricie et au Centre-du-Québec

Publié le

Les visages de Louis Plamondon, Yves Perron, Martin Champoux, Luc Berthold, Alain Rayes, François-Philippe Champagne et Louise Charbonneau.
Des vétérans et de nouveaux visages chez les députés fédéraux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, élus lundi soir.   Photo : Radio-Canada

Les électeurs de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont élu quatre bloquistes, deux conservateurs et un libéral, lors des élections fédérales, lundi.

« C’est une énorme surprise que le Bloc québécois ait fait un résultat aussi intéressant », affirme le professeur de sociologie au Collège Laflèche Daniel Landry au sujet de la victoire de la bloquiste Louise Charbonneau dans Trois-Rivières.

« Je ne suis pas sûr que même les stratèges bloquistes voyaient une possibilité de victoire en début de campagne », ajoute-t-il.

L’éditorialiste du Nouvelliste, Martin Francoeur souligne qu’elle aura « beaucoup de pain sur la planche ».

« Même si elle a mené une campagne énergique, elle a pris cela à coeur, elle est peut-être la candidate, dans Trois-Rivières, qui avait la connaissance la moins fine des dossiers régionaux. »

Elle pourra compter sur « deux piliers dans la région », précise Martin Francoeur : Louis Plamondon dans Bécancour-Nicolet-Saurel et Yves Perron élu dans Berthier-Maskinongé.

L’ex-maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, a terminé troisième dans cette course, non loin derrière la candidate libérale.

« Yves Lévesque, c’est sûr que c’est quelqu’un de polarisant à Trois-Rivières, mais c’est quelqu’un qui est dans le paysage depuis deux décennies, il a sa machine électorale, des gens qui l’appuient, alors je m’attendaisà ce que son résultat soit meilleur », affirme Daniel Landry.

Il précise que le fait qu’il se soit présenté pour le Parti conservateur du Canada lui a nui.

« La bannière conservatrice à Trois-Rivières, ce n’est pas facile, alors c’était pour lui peut-être un handicap supplémentaire », affirme le professeur en sociologie.

« Déjà qu’Yves Lévesque ait surpassé la performance de son parti, ça démontre qu’il avait effectivement une notoriété personnelle qui aurait pu lui permettre d’aspirer [à la victoire], mais avec la montée du Bloc québécois, ça devenait impossible », selon Martin Francoeur.

En Mauricie, ses collègues conservateurs ont obtenu moins de voix que lui. Yves Lévesque a obtenu 25 % des voix dans Trois-Rivières, Bruno-Pier Courchesne dans Saint-Maurice-Champlain 16,4 % et Josée Bélanger, 10 % dans Berthier Maskinongé.

Il n’y a aucune raison de ne pas voir François-Philippe Champagne accéder au conseil des ministres.

Martin Francoeur, éditorialiste au Nouvelliste, en entrevue à l'émission 360 PM

Dans le contexte de la vague bloquiste, le professeur en sociologie du Collège Laflèche Daniel Landry trouve que le résultat que Ruth Ellen Brosseau a obtenu est « très honorable ».

Elle a récolté 34,7 % des votes derrière son adversaire bloquiste Yves Perron qui en a obtenus 37,4 %.

Chargement en cours