Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Yves Larouche
Audio fil du mercredi 21 août 2019

« Ça va être difficile pour Laurence », affirme le médaillé olympique Éric Bédard

Publié le

Laurence Vincent-Lapointe
Laurence Vincent-Lapointe   Photo : Facebook/Laurence Vincent-Lapointe

Le quadruple médaillé olympique en patinage de vitesse Éric Bédard doute que Laurence Vincent-Lapointe puisse participer aux Jeux olympiques de Tokyo, à l'été 2020.

L'athlète originaire de Sainte-Thècle trouve dommage qu'une athlète de la région ait échoué à un test de dopage.

On apprenait en début de semaine que du Ligandrol a été trouvé dans l'échantillon d'urine de la canoéiste de Trois-Rivières.

« Je crois que, malheureusement, il y aura une suspension inévitable, les chances d’aller aux jeux de Tokyo, malheureusement, selon moi, sont très très minces, surtout avec l'histoire des Russes lors des Jeux de 2014, ils sont très très stricts depuis », a déclaré l’ancien entraîneur-chef de l'équipe canadienne de patinage de vitesse, en entrevue à l'émission 360 PM.

Quand même bien qu'ils prouvent hors de tout doute que le produit a été inséré dans un supplément alimentaire, qui avait déjà été contrôlé au préalable, l'athlète, il faut savoir, est 100 % tributaire de ce qu'il prend.

Éric Bédard, ex-patineur de vitesse

Éric Bédard soulève l'hypothèse que la fédération ait contrôlé le supplément alimentaire que prennent les canoéistes à un moment précis, mais que le produit ait été altéré par la suite.

Quoi qu'il en soit, dit-il, ça ne change en rien le fait que Laurence Vincent-Lapointe a échoué à un test de dopage.

Laurence Vincent Lapointe est temporairement suspendue dans l'attente de la conclusion de l'affaire.

Chargement en cours